Introduction

Archive des webémissions: Rattrapage des nouvelles en bref

Cette semaine, nous passons en revue les principaux nouvelles de ces dernières semaines, notamment des mises à jour sur l'affaire Wettlaufer et le procès Cadotte.

Archive des webémissions: Rattrapage des nouvelles en bref

Dans cet épisode de l’Euthanasie et l’incapacité, Amy Hasbrouck, Taylor Hyatt et Christian Debray discutent:

  • Les nouvelles en bref
    o L’affaire Wettlaufer : un autre homicide est révélé
    o Les unités mobiles de soins palliatifs
    o l’euthanasie par le don d’organes
    o Le procès du meurtre de Michel Cadotte

Veuillez noter que ceci n’est qu’un script et notre webémission inclut des commentaires additionnels.

RATTRAPAGE DES NOUVELLES EN BREF

  • Maintenant que nous avons terminé notre revue des rapports du Conseil des académies canadiennes, nous voulons revenir à certaines informations importantes des dernières semaines!

L’AFFAIRE WETTLAUFER: UN AUTRE HOMICIDE EST RÉVÉLÉ

  • Elizabeth Wettlaufer était une infirmière de London, en Ontario, qui a été condamné à la prison à vie en 2017 pour avoir tué huit personnes et blessé six autres dans des maisons de retraite où elle travaillait. Un récent reportage de CBC a révélé que Wettlaufer avait avoué en 2018 avoir administré une dose mortelle d’insuline à une neuvième personne, Florence Beedall. Cependant, Mme Wettlaufer n’a pas été inculpée dans cet incident, et cela n’a pas non plus été inclus dans la partie publique d’une enquête menée l’automne dernier sur la manière dont ses crimes ont été ignorés jusqu’à ce qu’elle ait avoué en 2016.
  • La sergente Carole Dionne de la Police provinciale de l’Ontario a déclaré à CBC News « qu’il était inutile » de porter des accusations supplémentaires, « étant donné que Wettlaufer purge déjà une peine à perpétuité pour de nombreux autres crimes contre des patients. Nous avons consulté le procureur général et il a été déterminé que ce n’était pas dans l’intérêt public. »
  • Espérons que personne d’autre ne s’égarera au moment où la commission publiera ses recommandations et présentera son rapport final en juillet 2019.

LES UNITÉS MOBILES DE SOINS PALLIATIFS

  • Des techniciens ambulanciers paramédicaux (TAP) dans certaines régions de la Saskatchewan, du Manitoba, de Terre-Neuve, de la Colombie-Britannique, du Nouveau-Brunswick et de l’Ontario offriront bientôt des services de soins palliatifs. Le Partenariat canadien contre le cancer et la Fondation canadienne pour l’amélioration des services de santé consacreront 5,5 millions de dollars à ce nouveau projet, qui permettra à 5 000 TAP d’administrer des médicaments contre la douleur, sur la base de programmes déjà en cours en Nouvelle-Écosse, à l’Île-du-Prince-Édouard et en Alberta.
  • « On verra deux grands changements », explique la vice-présidente des services de l’Office régional, Karen Stevens Chambers.  « Premièrement, des ambulanciers seront formés à la philosophie des soins palliatifs. Deuxièmement, les clients recevront de l’appui chez eux pour éviter le transport à l’hôpital et pour que leurs symptômes et leur douleur soient gérés à la maison. »
  • Il est important et souhaitable de disposer de soins palliatifs à domicile. Cependant, la ligne de démarcation entre soins et mise à mort est très mince. Il serait naïf d’ignorer la possibilité que ce service puisse évoluer pour devenir le type d’équipes de médecins mobiles qui fournissent l’euthanasie à domicile aux Pays-Bas depuis 2012.

L’EUTHANASIE PAR LE DON D’ORGANES

  • Des chercheurs aux Pays-Bas, dont plusieurs de l’Université de Maastricht, ont rédigé un article appelant à une étude plus approfondie de la possibilité d’autoriser les personnes qui ont demandé l’euthanasie à donner leur cœur dans le cadre de la procédure d’euthanasie. Alors que d’autres organes (les poumons, le foie, le pancréas et les reins) peuvent être transplantés après l’euthanasie, comme cela est fait actuellement, le don d’un cœur nécessiterait son ablation avant la mort cérébrale. Autrement dit, retirer le cœur « entraîne la mort du donneur. »
  • Les auteurs notent qu’au moins « 70 [personnes] ont donné des organes après l’euthanasie en Belgique et aux Pays-Bas, » bien que seulement environ 10 pour cent des personnes qui sont euthanasiées auront des organes aptes au don.
  • Les auteurs citent un nombre croissant de demandes de procédure de « don d’organes vivants » qui, selon eux, « respecteraient au maximum l’autonomie du patient, mais pourraient donner l’impression que des patients sont tués pour leurs organes. »
  • Les chercheurs contestent également la politique selon laquelle « seul le patient devrait poser la question du don d’organes, et seulement après une réponse positive à la question de l’euthanasie. »
    • «… Nous pensons qu’un médecin doit toujours informer un patient médicalement approprié de la possibilité d’un don d’organes, même si cela peut perturber la relation de confiance, car de nombreux patients peuvent choisir de ne pas demander de don, parce qu’ils supposent que ce n’est pas possible dans ce contexte. »
  • Les auteurs décrivent quatre objections à l’euthanasie par le don d’organes comme questions à approfondir:
    • Le don vivant « va à l’encontre de la règle du « donneur décédé, » selon laquelle les organes vitaux ne doivent être prélevés que sur des personnes décédées. Cette règle est une garantie contre l’exploitation abusive. » Les auteurs soutiennent que « l’esprit » de la règle n’est pas violé lorsqu’une personne en fait la demande et est jugé éligible à l’euthanasie.
    • Deuxièmement, les auteurs contestent l’idée que le don vivant et l’euthanasie sont « nocifs » en ce sens qu’ils violent le serment hippocratique des médecins de ne jamais faire du mal. Les chercheurs supposent que, l’euthanasie étant acceptable, il n’existe aucune différence entre le don d’organes après la mort et l’euthanasie par don d’organes.
    • Troisièmement, les chercheurs soulignent la possibilité « que des personnes puissent être soumises à l’euthanasie pour faire un don, alors que le public peut penser que l’euthanasie n’a été accordée que pour rendre possible le don d’organes. »
    • Enfin, les auteurs craignent qu’une publicité négative puisse faire craindre que des personnes soient euthanasiées pour leurs organes, ce qui pourrait susciter la méfiance à l’égard du système de transplantation d’organes et effrayer les donneurs d’organes potentiels.

LE PROCÈS DU MEURTRE DE MICHEL CADOTTE

  • Enfin, au Québec, le procès de Michel Cadotte s’achève après l’homicide de son épouse Jocelyne Lizotte, il y a deux ans. M. Cadotte est accusé de meurtre au deuxième degré après avoir admis avoir étouffé sa femme atteinte de démence; il prétend qu’il voulait mettre fin à ses souffrances.
  • Le psychologue Gilles Chamberland a témoigné que les actions de Cadotte n’étaient pas liées à la dépression. Il n’a pas non plus été débordé par les soins de sa femme, qui se trouvait dans un CHSLD. M. Cadotte avait demandé l’euthanasie de la part de son épouse, mais avait été refusé.
  • Les éléments de preuve présentés au procès ont montré que l’état de Mme Lizotte n’était ni meilleur ni pire qu’auparavant, mais que M. Cadotte avait beaucoup bu pendant la fin de semaine qui a précédé l’homicide.
  • M. Cadotte affirme avoir tué Mme Lizotte « par compassion », mais un rapport déposé par le Dr Chamberland a déclaré que Cadotte voulait « mettre fin aux souffrances de sa femme », afin de mettre un terme à ses propres souffrances.
  • La violence entre partenaires intimes chez les aînés n’est ni rare ni nouvelle. Une étude de 2007 sur les meurtres-suicides dans le journal « Clinical Interventions in Aging » a révélé que la violence mettant fin à la vie est souvent qualifiée d’« altruiste, » en particulier dans les cas où une des parties est malade. Cette distorsion empêche « une enquête appropriée sur les détails de l’affaire, en particulier en ce qui concerne le consentement de la victime. » Dans un cas, le mari « a prétendu que sa femme avait un cancer en phase terminale, mais l’autopsie a révélé qu’elle n’y avait aucune preuve de maladie. »
    • Ces meurtres peuvent être inspirés par « un fort besoin » de la part de l’auteur de « contrôler le destin » du conjoint.  Certains responsables pensaient même que la mort était préférable à envoyer leur conjoint dans une maison de retraite.
    • L’étude conclut à juste titre que « les événements de violence [domestique] ne doivent jamais être considérés comme romantiques ou altruistes, car ils sont souvent rapportés à tort dans les médias. »
  • Les filles et les femmes ayant des incapacités courent un plus grand risque d’abus, notamment de la part de leurs conjoints. Dans un document soumis aux Nations Unies en 2017, Women Enabled International expliquait que « les femmes en situation de handicap du monde entier sont victimes de violence domestique,  notamment d’abus physique, sexuel, émotionnel, psychologique et financier, à un taux deux fois supérieur à celui des autres femmes. »
    • Elles doivent dépendre de l’agresseur « pour répondre à leurs besoins personnels; en effet, lorsque l’agresseur est également un fournisseur de soins, il est souvent impossible aux femmes ayant une déficience d’obtenir de l’aide.»
    • Les femmes peuvent ne pas être en mesure de quitter une situation dangereuse parce qu’elles n’ont pas de transport ou ne peuvent pas trouver un abri accessible. Plus les femmes restent longtemps dans des environnements violents, plus le risque augmente que la violence dégénère en homicide.