Introduction

Archive des webémissions: Les recommandations des Nations Unies

Cette semaine, nous discutons des préoccupations du Comité des droits des personnes handicapées des Nations Unies au sujet de l'euthanasie au Canada.

Archive des webémissions: Les recommandations des Nations Unies

Dans cet épisode de l’Euthanasie et l’incapacité, Amy Hasbrouck et Christian Debray discutent:

  • Les recommandations des Nations Unies pour le Canada sur le suicide assisté et l’euthanasie
  • FAQ: Les protections échouent – lorsque la méthode est le suicide assisté ou l’euthanasie

Veuillez noter que ceci n’est qu’un script et notre webémission inclut des commentaires additionnels.

LES RECOMMANDATIONS DES NATIONS UNIES POUR LE CANADA SUR LE SUICIDE ASSISTÉ ET L’EUTHANASIE

  • Le Comité des droits des personnes handicapées des Nations Unies a examiné la conformité du Canada avec la Convention sur les droits des personnes handicapées (CDPH) de l’O.N.U. plus tôt ce mois-ci.
  • Le Comité a examiné le rapport du Canada et le rapport parallèle, produit par des militants des droits des personnes en situation de handicap, pour formuler des recommandations pour que le Canada soit en conformité avec le CDPH, qu’il a ratifié en 2010. Le rapport qui en résulte, « Observations finales sur le Rapport initial du Canada » a été publié le 12 avril.
  • Le rapport exprime l’inquiétude du Comité concernant l’adoption d’une loi qui prévoit l’assistance médicale à mourir, y compris en raison d’une incapacité. Il a également exprimé son inquiétude quant à l’absence de règlementation régissant la pratique et au manque de données pour évaluer le respect des garanties procédurales.
  • Le Comité a proposé trois recommandations:
    • Veiller à ce que les personnes qui cherchent une mort assistée aient accès à des cours alternatifs et à une vie digne rendue possible avec les soins palliatifs appropriés, le soutien aux personnes en situation de handicap, les soins à domicile et d’autres mesures sociales qui favorisent l’épanouissement humain;
    • Établir des règlements conformément à la loi exigeant la collecte et la déclaration d’informations détaillées sur chaque demande et intervention pour AMM; et
    • Élaborer une norme nationale de données et un mécanisme efficace et indépendant pour s’assurer que le respect de la loi et des règlements est strictement appliqué et qu’aucune personne en situation de handicap n’est soumise à une pression extérieure.
  • Les deux premières recommandations sont essentiellement identiques aux propositions présentées par les défenseurs des droits des personnes en situation de handicap dans leur rapport parallèle.
  • La troisième recommandation comprend trois éléments:
    • Une norme nationale de données
    • Un mécanisme efficace et indépendant pour assurer la conformité.
    • S’assurer qu’aucune personne ayant une incapacité n’est soumise à une « pression extérieure. »
  • L’inclusion de ces recommandations équivaut à une grande victoire pour les défenseurs des droits des personnes en situation de handicap. Cependant, plusieurs autres propositions n’étaient pas incluses dans le rapport du comité de l’O.N.U. qui aurait pu fournir une protection plus forte pour les personnes ayant des incapacités. Nous les verrons la semaine prochaine.

FAQ – LES PROTECTIONS ÉCHOUENT – LORSQUE LA MÉTHODE EST LE SUICIDE ASSISTÉ OU L’EUTHANASIE.

  • Lorsque la méthode est un suicide assisté / auto-administration …
    • Aucun témoin n’est requis lorsque les médicaments sont pris. Il n’y a aucun moyen de s’assurer que le médicament est pris volontairement. Si la personne luttait, qui le saurait?
    • S’il y a des complications ou si la personne change d’avis après avoir avalé les pilules, il n’y a aucun moyen de corriger le problème.
    • Une dose létale de médicaments peut rester à la maison pendant des semaines ou des mois, ou tomber entre des mauvaises mains.
  • Lorsque la méthode est une euthanasie / administrée par un professionnel de la santé …
    • Le contrôle de l’acte final est hors de la main de la personne.
    • Cela peut créer une spécialité macabre de « médecin de la mort » qui deviennent désensibilisés à l’assassinat.
    • Les médecins sont formés à guérir, pas à tuer. Beaucoup de médecins ne voudront pas effectuer l’euthanasie, et les personnes qui veulent le service devront peut-être s’adresser à un médecin qu’ils ne connaissent pas.
    • Si l’euthanasie est effectuée dans les hôpitaux, les gens peuvent ne pas vouloir aller à l’hôpital pour les soins, craignant qu’ils ne soient tués.