Introduction

Archive des webémissions: 750 morts d’euthanasie au Canada en 2016

Cette semaine, nous discutons des décès dus à l'euthanasie depuis l'entrée en vigueur du projet de loi C-14.

Archive des webémissions: 750 morts d’euthanasie au Canada en 2016

Dans cet épisode de l’Euthanasie et l’incapacité, Amy Hasbrouck et Christian Debray discutent:

  • Environ 750 morts d’euthanasie au Canada en 2016
  • Qu’est-ce que l’investiture d’un nouveau gouvernement aux États-Unis signifie pour la lutte contre le suicide assisté et l’euthanasie?
  • « Mary Kills People » la première le 25 janvier sur Global TV
  • La cour suprême d’Afrique du Sud rejette une demande de suicide assisté

Veuillez noter que ceci n’est qu’un script et notre webémission inclut des commentaires additionnels.

ENVIRON 750 EUTHANASIE AU CANADA EN 2016

  • Un article publié sur le site Web de CTV News en décembre dernier indiquait que 744 personnes avaient reçu l’aide d’un médecin pour mettre fin à leur vie en 2016, sans compter les sédations palliatives continues. Cela inclut environ 300 personnes au Québec, où une loi semblable à celle du gouvernement fédéral pour l’aide médicale à mourir est entrée en vigueur en décembre 2015.
  • Selon CTV News, leur enquête auprès des ministères provinciaux et territoriaux de la santé n’a pas révélé le nombre total de demandes de suicide assisté et d’euthanasie ni les raisons pour lesquelles certaines demandes ont été rejetées.
  • Depuis l’adoption du projet de loi C-14 en juin, l’Ontario a le plus grand nombre d’euthanasies administrées avec 180. Selon l’article de CTV:
    • 154 procédures ont été réalisées en C.-B.
    • 63 ont été effectuées en Alberta.
    • 18 ont été effectuées au Manitoba.
    • 8 ont été effectuées en Saskatchewan.
    • Au 31 octobre, 16 ont été effectués en Nouvelle-Écosse.
    • 4 ont été réalisées à Terre-Neuve-et-Labrador.
    • Aucune n’a été effectuée à l’Île-du-Prince-Édouard ou dans les Territoires du Nord-Ouest.
    • Le Nouveau-Brunswick, le Yukon et le Nunavut n’ont pas communiqué de données.  Cependant, au Yukon, les médias locaux ont signalé un cas.
  • CTV a constaté que le taux d’euthanasie s’accélère dans certaines régions. Par exemple, un tiers des euthanasies rapportées en Ontario a été effectuées au cours du dernier mois de 2016.

QU’EST-CE QUE L’INVESTITURE DU NOUVEAU GOUVERNEMENT AUX ÉTATS-UNIS SIGNIFIE POUR LA LUTTE CONTRE LE SUICIDE ASSISTÉ ET L’EUTHANASIE

  • Aujourd’hui, un nouveau gouvernement prendra le relais aux États-Unis, avec Donald Trump à la tête.
  • Puisque la plupart des activités liées au suicide assisté se déroulent au niveau de l’État, le congrès et l’administration républicains n’auront pas beaucoup à dire si le suicide assisté devient légal aux États-Unis.
  • L’exception est dans le district de Columbia, où le Congrès doit approuver l’adoption au district de l’aide au suicide, et certains républicains ont juré d’empêcher la loi de prendre effet.
  • Le façon dont le Congrès républicain et l’administration Trump sont susceptibles de causer beaucoup de dommages est en abrogeant la Loi sur les soins abordables, également connu sous le nom de ObamaCare. La semaine dernière, le sénat a voté pour retirer les fonds à la loi, le premier pas vers son abrogation.
  • L’abrogation de la Loi sur les soins abordables supprimera les protections, les services et les mesures de soutien importants dont les personnes handicapées ont besoin pour vivre de façon autonome et avec dignité. Par exemple:
    • En vertu de la loi, les compagnies d’assurance n’ont pas pu exclure, retarder ou facturer des primes plus élevées aux personnes avec des problèmes médicaux préexistants.
    • Il était interdit aux compagnies d’assurance d’imposer des limites à vie sur les prestations;
    • La loi comprenait les projets « l’argent suit la personne », où Medicaid (l’assurance santé public) a financé des initiatives visant à faire passer les personnes handicapées des établissements de soins de longue durée à la vie communautaire.
    • L’option Choix prioritaire de la vie en communauté était un programme autonome qui permettait aux gens de choisir de vivre dans la collectivité avec des fonds destinés aux services de soins personnels à domicile plutôt qu’aux soins institutionnels.
    • Les normes d’accessibilité pour les équipements médicaux de diagnostic ont permis de s’assurer que des machines telles que des mammographies et des IRM seraient accessibles et utilisables par des personnes handicapées.
    • « L’Expansion Medicaid » dans le cadre de la loi a permis à beaucoup de gens de bénéficier d’une assurance maladie sans avoir à se qualifier pour le revenue de l’assurance sociale.
    • Les jeunes adultes ont pu rester sur l’assurance maladie de leurs parents jusqu’à l’âge de 26 ans.
  • Le processus de réconciliation budgétaire est utilisé pour attaquer le Obamacare. La réconciliation budgétaire ne peut affecter que les dépenses, les revenues et les limites de la dette, et elle n’est pas elle-même une abrogation de la loi.
  • Le congrès devra décider s’il veut abroger et remplacer la loi, ou tout simplement modifier la loi en supprimant les dispositions qu’il n’aime pas. Les républicains n’ont proposé aucune alternative à la Loi sur les soins abordables, mais disent qu’ils trouveront quelque chose de mieux.

« MARY KILLS PEOPLE » LA PREMIÈRE LE 25 JANVIER SUR GLOBAL TV.

  • Global TV présentera une série de six épisodes intitulée «Mary Kills People» qui débutera le 25 janvier à 9 heures du soir. La série se concentre sur une docteure de salle d’urgence fictive, la Dre Mary Harris, qui euthanasie les gens quand elle est hors service.
  • TVNDY craint que valoriser un médecin pratiquant l’euthanasie comme le héros du drame représente l’euthanasie comme une réponse souhaitable au handicap et à la maladie terminale, et n’est rien de moins que de la propagande. Nous sommes préoccupés par la possibilité que le programme ne fera pas la différence entre les personnes handicapées et celles qui souffrent de «maladie terminale», comme c’est souvent le cas dans les discussions publiques sur les soins en fin de vie. Nous craignons que ce «divertissement» ne reflète pas la vulnérabilité socio-économique des personnes qui considèrent utiliser l’euthanasie et qui évite les questions de politique publique telles que l’accès aux soins palliatifs et les services à domicile pour empêcher les personnes handicapées d’être institutionnalisées.
  • Nous sommes également préoccupés par le message «Mieux morts que d’être handicapés» qui est très courant dans les représentations fictives de suicide assisté, comme «Avant Toi» et «La Fille à un million de dollars».

LA COUR SUPRÊME D’AFRIQUE DU SUD REJETTE UNE DEMANDE DE SUICIDE ASSISTÉ

  • La Cour Suprême sud-africaine a déterminé qu’un juge de première instance avait eu tort dans son jugement de 2015 autorisant Robert Stransham-Ford à avoir le suicide assisté ou l’euthanasie.
  • D’après le groupe « Euthanasia Exposed » « La Cour a confirmé que c’est vraiment une question qui incombe au Parlement élu et non aux juges de décider. La décision rendue par le juge Fabricius a été prise à la hâte et n’a pas tenu dûment compte de la législation sud-africaine, du contexte international, des valeurs sociales du pays ou de l’impact sur le droit à la vie. Les renseignements médicaux fournis au tribunal étaient viciés et contredisaient les dossiers médicaux réels, qui ont été retenus jusqu’à ce que l’ordonnance du tribunal ait été rendue. La Cour suprême a conclu que l’affaire était manipulée par le groupe partisan de l’euthanasie Dignity S.A., ses avocats et la succession, et les dossiers médicaux indiquent que Stransham-Ford demandait s’il pouvait se retirer de l’euthanasie / suicide assisté. »
  • M. Stransham-Ford est décédé deux heures avant la décision du tribunal inférieur. Merci à EPC et à « Euthanasia Exposed » pour l’information dans cette nouvelle en bref.