Introduction

Archive des webémissions: Les ordonnances médical pour le traitement de survie

Aujourd’hui, nous discutons des problèmes liés aux ordonnances médical pour le traitement de survie et autres directives avancées.

Archive des webémissions: Les ordonnances médical pour le traitement de survie

Dans cet épisode de l’Euthanasie et l’incapacité, Amy Hasbrouck et Christian Debray discutent:

  • Les ordonnances médical pour le traitement de survie

Veuillez noter que ceci n’est qu’un script et notre webémission inclut des commentaires additionnels.

LES ORDONNANCES MÉDICALES POUR LE TRAITEMENT DE SURVIE

  • La planification préalable des soins de santé est une bonne idée en général. Il est important d’avoir des conversations avec vos proches et votre médecin à propos de quels traitements médicaux vous voulez ou ne voulez pas si vous devenez incapable de diriger vos propres soins. Et il est important de nommer une personne pour réaliser vos souhaits si vous êtes inconscient.
  • Un outil utilisé dans la planification préalable des soins est appelé une ordonnance médicale pour le traitement de survie (OMTS).
  • Un ordre de «ne pas réanimer» est une sorte de OMTS.
  • Contrairement à une directive préalable, qui est une demande faite par un patient, un OMTS est signé par un médecin, et a l’effet d’un ordre médical.
  • Un médecin est censé discuter des options avec une personne qui a une maladie en phase terminale, l’aider à remplir le formulaire, assister à sa signature, puis le signer, attestant que la discussion a eu lieu. Le formulaire est ensuite placé dans le dossier médical de la personne, et devrait être suivi par le personnel si la personne ne peut pas consentir à des soins.
  • Malheureusement, les choses ne fonctionnent pas toujours de même.
  • Les médecins et les hôpitaux utilisent souvent la OMTS avec les personnes en situation de handicap qui n’ont pas de maladie en phase terminale. La plupart des gens qui sont malades en phase terminale ont une incapacité, mais la majorité des personnes en situation de handicap n’est pas en phase terminale.
  • Au moment de décider oui ou non de remplir le formulaire OMTS, un médecin devra généralement répondre à la «question surprise»: serait-elle surprise si la personne est décédée dans la prochaine année. Ce n’est pas un diagnostic officiel, ni un pronostic terminal, et peut inclure beaucoup de gens dont les vies ne sont pas en danger.
  • Pourtant, les lois de certains états étendent la OMTS même aux personnes avec un pronostic de cinq ans de vie.
  • Remplir un OMTS est souvent présenté aux patients comme obligatoire, mais il ne l’est pas. Les gens qui refusent sont quelquefois contraints de le faire.
  • De nombreuses formes OMTS exigent un simple «oui» ou «non» à des traitements proposés, mais sans contexte. Donc, à la question «accepteriez-vous une sonde d’alimentation? » La réponse pourrait dépendre de facteurs qui ne figurent pas sur le formulaire.
  • Aussi la forme ne peut pas spécifier quels traitements médicaux sont inclus dans les «soins de confort» ou «soins intermédiaires. »
  • Un autre problème avec la OMTS est son biais contre les technologies de survie. Des interventions telles que des sondes d’alimentation et trachéotomie sont présentées comme négatives, intrusives, contraignantes, et incompatibles avec une vie normale. Présenté avec une telle information biaisée, la plupart des gens refusent ces options, bien que de nombreuses personnes en situation de handicap sont en mesure de mener une vie épanouissante et productive grâce à ces technologies.
  • Le formulaire OMTS complété peut ne pas refléter les souhaits de la personne, qui doit faire confiance au médecin afin de résister à la pression pour réduire les couts et honorer ses demandes. Les lois permettent aux médecins d’annuler la demande d’une personne pour le traitement de maintien de la vie s’il pense que les soins seraient «inutiles.» Certains de ces abus se produisent dans les maisons de soins de longue durée.
    • Certaines formes ne nécessitent pas la signature du patient ou le médecin peut simplement signer le formulaire et le mettre dans le dossier de la personne.
    • De nombreuses formes d’OMTS sont remplies par des infirmières ou des aides-infirmières, et il peut même manquer la signature d’un médecin.
    • Parfois, les formes sont changées après que la personne ait signé.
    • Un tel formulaire permettait que n’importe qui pouvait la signer pour prendre des décisions médicales pour la personne en cas d’incapacité.
    • Parfois, le personnel du CHSLD demande aux proches de signer des formulaires OMTS même si la personne a la capacité de prendre ses propres décisions médicales.
    • Le formulaire OMTS peut être expliqué par un membre de l’équipe non-médical, comme un coordonnateur des admissions ou un gérant d’entreprise menant à une absence de consentement éclairé.
  • Certains médecins et les infirmières suivent les instructions seulement quand ils sont d’accord avec la OMTS. Donc, si la forme ordonne une assistance respiratoire, mais le personnel médical pense qu’elle est inutile, ils peuvent tout simplement ignorer l’ordre.
  • En outre, il y a un risque de sur-interprétation de la OMTS. Dans une étude, plus de 50% du personnel médical a mal interprété une OMTS comme incluant un ordre de « ne pas réanimer » lorsqu’il n’y en avait pas.
  • Le formulaire doit être dans les deux langues officielles pour être compris par le patient et le personnel médical.
  • Il peut y avoir de la confusion et un conflit entre une directive préalable (qui vient de la personne) et une OMTS, qui vient du médecin.  L’OMTS a l’autorité d’un ordre médical et est plus susceptible d’être suivi par le personnel.
  • L’OMTS reste en vigueur jusqu’à ce qu’il soit retiré, et la révocation peut être difficile. Dans une étude de cinq cas au Manitoba, deux personnes qui ont essayé de retirer un ordre de « ne pas réanimer » des dossiers de leurs proches ont essuyés un refus et ont été harcelés, alors qu’une autre personne a été contrainte d’accepter un ordre de « ne pas réanimer ».
  • Il peut y avoir des problèmes si l’ordre signé par un médecin dans un établissement n’est pas respecté par le personnel médical dans un autre hôpital.
  • Donc, C’est importante que les patients et leurs proches soient vigilants en vérifiant ce qui est écrit sur l’OMTS, et qu’ils réclament un changement si le document ne se conforme pas à leurs désirs.