Introduction

Archive des webémissions: Des événements parlementaires

Cette semaine, nous discutons de certains événements auxquels nous avons récemment participé sur la colline du Parlement.

Archive des webémissions: Des événements parlementaires

Dans cet épisode de l’Euthanasie et l’incapacité, Amy Hasbrouck et Christian Debray discutent:

  • Un diner parlementaire et conférence de presse
  • Les soins palliatifs
  • Aux É-U, encore deux projets de loi pour le suicide assisté meurent au feuilleton
  • Rejoignez vos députés

Veuillez noter que ceci n’est qu’un script et notre webémission inclut des commentaires additionnels.

UN DINER PARLEMENTAIRE ET UNE CONFÉRENCE DE PRESSE

  • Cette semaine, le « Euthanasia Prevention Coalition » et Toujours Vivant-Not Dead Yet ont présenté une conférence de presse et un diner parlementaire à Ottawa le 8 Mars.
  • Lors de la conférence de presse, nous avons parlé de la nécessité d’informer les membres du Parlement des pièges contenus dans le rapport du comité mixte spécial sur l’aide médicale à mourir, et d’attirer l’attention sur la norme de la protection des personnes vulnérables, que nous croyons être une solution efficace à ces problèmes.
  • Les intervenants ont réclamés au Parlement de:
    • Adopter la norme sur la protection des personnes vulnérables et exiger une évaluation de la vulnérabilité de sorte que personne ne soit influencé ou contraint d’accepter le suicide assisté en raison des pressions psychosocial ou économiques, d’une insuffisance des soins médicaux ou palliatifs, ainsi que de la discrimination ou de la dévaluation;
    • Adopter des garanties procédurales efficaces avant le fait, comme une détermination de l’admissibilité vérifiée par un juge ou un comité d’experts;
    • Retourner à l’intention originale de faciliter la vie des Canadiens en phase terminale qui sont incapables de se suicider sans aide;
    • Rejeter la course à toute allure pour permettre le suicide assisté des adolescents ainsi que par l’intermédiaire de directives anticipées;
    • Respecter les droits de conscience des professionnels médicaux et des établissements de soins de santé qui refusent de tuer leurs patients;
    • Rejeter le suicide assistée comme une forme de soins médicaux;
    • Veiller à ce que tous les Canadiens aient accès en temps opportun aux services de soins palliatifs et de soins à domicile efficaces pour leur permettre de contrôler où et comment ils vivent et meurent.
  • Hugh Scher, l’avocat de « Euthanasia Prevention Coalition », a parlé de la nécessité d’une surveillance avant-coup; l’approbation par un juge ou un comité d’experts pour que l’euthanasie ou le suicide assisté soit accordée.
  • Il a également parlé de l’importance de la transparence de noter sur le certificat de décès que l’euthanasie ou le suicide assisté est la cause de la mort dans ces cas.
  • Les intervenants au déjeuner parlementaire inclus
    • Me. David Baker, avocat pour le Conseil des Canadiens avec déficiences
    • Dr Catherine Ferrier, du Collectif des médecins contre l’euthanasie,
    • Aubert Martin, Directeur général, Vivre dans la Dignité
    • Dr Roger Ghoche, un médecin en soins palliatifs.

QUE SONT LES SOINS PALLIATIFS ET POURQUOI SONT-ILS IMPORTANTS?

  • L’Affaire Carter dit que les gens ont le droit au suicide assisté, mais rien sur les soins palliatifs.
  • Les recommandations du comité mixte spécial proposent un secrétariat et une bureaucratie importante, mais n’ont toujours pas garantis des soins palliatifs à tous les Canadiens.
  • La norme sur la protection des personnes vulnérables réclame l’accès aux soins palliatifs pour chaque personne.
  • Nous savons que seulement environ 30% des Canadiens y ont accès, mais qu’en est-il?
  • Selon l’Organisation mondiale de la santé, les soins palliatifs sont une gamme de traitements qui cherchent à améliorer la qualité de vie des patients et de leur famille, face aux conséquences d’une maladie potentiellement mortelle, par la prévention et le soulagement de la souffrance, identifiée précocement et évaluée avec précision, par le traitement de la douleur et des autres problèmes physiques, psychologiques et spirituels qui lui sont liés.  Les oins palliatifs:
    • procurent le soulagement de la douleur et des autres symptômes gênants, soutiennent la vie et considèrent la mort comme un processus normal,
    • n’entendent ni accélérer ni repousser la mort,
    • intègrent les aspects psychologiques et spirituels des soins aux patients,
    • proposent un système de soutien pour aider les patients à vivre aussi activement que possible jusqu’à la mort,
    • offrent un système de soutien qui aide la famille à tenir pendant la maladie du patient et leur propre deuil,
    • utilisent une approche d’équipe pour répondre aux besoins des patients et de leurs familles en y incluant si nécessaire une assistance au deuil,
    • peuvent améliorer la qualité de vie et peut-être aussi influencer de manière positive l’évolution de la maladie,
    • sont applicables tôt dans le déroulement de la maladie, en association avec d’autres traitements pouvant prolonger la vie, comme la chimiothérapie et la radiothérapie,
    • incluent les investigations qui sont requises afin de mieux comprendre les complications cliniques gênantes et de manière à pouvoir les prendre en charge.
  • Les soins palliatifs peuvent être fournis dans un hôpital, dans un centre de soins palliatifs, ou à la maison.
  • Il est non seulement pour les personnes qui meurent, mais pour toute personne qui vit avec la douleur chronique et les difficultés qui l’accompagne.
  • Il est un domaine relativement nouveau de la médecine, ayant été établie dans les années 1970 en Amérique du Nord par Dr Balfour Mount de l’Université McGill à Montréal.
  • Les centres de soins palliatifs sont confrontés à un conflit en raison de la légalisation sur le suicide assisté, qui est contraire à la philosophie de ne hâter ni retarder une mort naturelle.
  • La plupart des médecins de soins palliatifs croient que le suicide assisté est inutile; que les soins palliatifs holistique peuvent traiter efficacement des raisons physiques et psychosociales des personnes demandant l’aide au suicide.  C’est pour cette raison qu’une majorité des médecins en soins palliatifs s’opposent au suicide assistés et à l’euthanasie.
  • Pour plus d’informations sur les soins palliatifs, consultez l’Association canadienne de soins palliatifs sur le Web à http://www.chpca.net/.

AUX É-U, ENCORE DEUX PROJETS DE LOI POUR LE SUICIDE ASSISTÉ MEURENT AU FEUILLETON.

  • Les projets de loi sont vaincus dans deux autres états aux É-U.
  • Un projet de loi à Hawaii n’a pas été entendu par le comité du Sénat.
  • Un projet de loi dans le Nebraska a été vaincu après une égalité des voix au sein du Comité.

REJOIGNEZ VOS DÉPUTÉS.

  • Nous vous encourageons toujours de contacter votre député. Visitez le site Web du Parlement à http://parl.gc.ca pour des numéros de téléphone ou des coordonnées électroniques, ou envoyer une lettre à votre député, (sans timbre nécessaire) à:
[nom du député] Chambre des communes
Ottawa, Ontario
Canada K1A 0A6