Introduction

Archive des webémissions: Comment ne pas travailler avec les groupes de défense des droits des personnes en situation de handicap

Aujourd’hui, nous discutons des problèmes à éviter si vous souhaitez collaborer avec des groupes de défense des droits des personnes handicapées pour vous opposer au suicide assisté.

Archive des webémissions: Comment ne pas travailler avec les groupes de défense des droits des personnes en situation de handicap

Dans cet épisode de l’Euthanasie et l’incapacité, Amy Hasbrouck et Christian Debray discutent:

  • Comment ne pas travailler en coalition avec les groupes de défense des droits des personnes en situation de handicap
  • Mourir Dans la Dignité perde son statut charitable
  • Nouvelles en bref

Veuillez noter que ceci n’est qu’un script et notre webémission inclut des commentaires additionnels.

COMMENT NE PAS TRAVAILLER EN COALITION AVEC LES GROUPES DE PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP

  • Not Dead Yet aux États Unis a publié cette semaine leurs raisons de ne pas travailler en coalition avec le Conseil de recherche sur la famille (Family Research Council).
  • Sans contacter le siège social de Not Dead Yet, les représentants du CRF ont essayé d’engager les groupes locaux pour les soutenir dans leurs efforts pour combattre les projets de loi sur le suicide assisté.
  • Le CRF a demandé aux membres de Not Dead Yet de venir à Washington DC pour prononcer un discours à une réunion nationale de planification sans même demander l’approbation de Not Dead Yet.
  • Enfin, le CRF à mis le nom de John Kelly, un organisateur pour Not Dead Yet, sur leur ordre du jour comme intervenant à la réunion sans même lui demander.
  • Dans le blogue de Not Dead Yet, Diane Coleman, la présidente et fondatrice, a noté que NDY a bel et bien travaillé en coalition avec d’autres groupes dont la philosophie et les politiques sont très différentes.
  • Elle dit : Nous travaillons en coalition sur la question du suicide assisté, surtout en participant dans les conférences téléphoniques pour partager de l’information utile avec des groupes avec qui nous ne sommes pas d’accord sur d’autres sujets. « Pas d’accord » c’est le moins qu’on puisse dire.  Nous avons tous eu beaucoup d’occasion de laisser nos désaccords à la porte. »
  • Les organismes de personnes en situation de handicap qui luttent contre le suicide assisté ont eu d’autre problèmes en travaillant en coalition avec les groupes des personnes non-handicapées
    • Nos expériences, expertises et autorité ne sont ni reconnues ni respectés.
    • Nous sommes utilisés comme des symboles, mais nous sommes exclues de la prise de décisions.
    • Le grand public pensent que nous n’avons pas d’opinion à part des autres membres de la coalition.
    • Les membres d’autres groupes ne se retiennent pas d’exprimer leurs valeurs séparément des questions sur suicide assisté et de l’euthanasie.
  • Pourquoi, donc, est-ce qu’on voudrait travailler en coalition?
    • Parce que nous avons besoin des idées, du soutien et des ressources.
    • Parce que « l’union fait la force. »
    • Parce que éduquer nos alliés est aussi important que d’éduquer nos opposants.
  • Comment est-ce que les autres groupes qui s’opposent au suicide assisté devraient joindre une coalition? Mme Diane Coleman offre des suggestions :
    • Contacter les dirigeants autant que les représentants du mouvement;
    • Approcher de façon neutre et respectueuse, en reconnaissant les questions d’accessibilité, etc.
    • Présenter honnêtement ce qu’on veut.
    • Respecter l’expertise, l’expérience, et l’autorité des personnes en situation du handicap.
    • Négocier les termes de la coalition
    • Se concentrer sur le sujet du suicide assisté et l’euthanasie, et empêcher les membres de diverger du message.

LE GROUPE « MOURIR DANS LA DIGNITÉ » PERD SON STATUT CHARITABLE

  • Cette semaine, on a appris que le groupe Canadien « Dying with Dignity » a perdu son statut d’organisme charitable.
  • L’agence de revenue du Canada a écrit : « le groupe ne fait aucune activité pour avancer l’éducation au sens caritatif. »
  • Ça veut dire que les donateurs ne peuvent plus avoir une déduction sur leurs impôts pour leurs dons.
  • Les articles qui racontent cette nouvelle font un lien entre le sort de « Mourir dans la dignité » et les vérifications de l’agence de revenue du Canada sur les groupes environnementaux et les droits humaines.
  • Ils cite le député du partie néo démocratique Murray Rankin (critique de l’agence de revenue) qui accuse le gouvernement Harper de cibler les groupes qui ne sont pas d’accord avec lui.
  • Bien que les médias Canadiens semblent biaisé vers le suicide assisté et l’euthanasie, il est probable que la plupart du publique aura la même interprétation que le député Rankin.
  • Ça pourrait entrainer une augmentation de sympathie (et de dons) pour le groupe.

NOUVELLES EN BREF

  • La semaine de prévention du suicide Québécoise approche
    • Du 1-7 février c’est la semaine de prévention du suicide au Québec.
    • C’est important de se rappeler qu’un des indices de risque pour le suicide est la perte d’une capacité ou le diagnostique d’une maladie grave.
    • Notre message : Pourquoi est-ce que les personnes non-handicapée qui expriment un désir de mourir reçoivent des interventions de prévention du suicide, pourtant, les personnes en situation de handicap qui disent la même chose reçoivent de l’aide au suicide?
  • Des nouveau projets de loi pour légaliser le suicide assisté sont lancé aux États-Unis.
    • Sur leur site web, « Mourir dans la dignité » aux États Unis publie une liste des états où ils estiment qu’il y aura des projets de loi sur le suicide assisté cette année
    • Les 17 états sont : CA, CO, CT, DC, DE, HI, IA, KS, MD, MA, MO, NV, NH, NY, NJ, PA, WY
    • Cette vague est soutenue par l’exposition continue de l’histoire de Brittany Maynard. Son mari fait maintenant le circuit des « talk shows », incitant encore la production d’articles et d’échanges sur les médias sociaux au sujet du suicide assisté.