Introduction

Archive des webémissions: L’expansion du suicide assisté par le Conseil des académies canadiennes – des mineurs matures

Cette semaine, nous continuons d’examiner la proposition du Conseil des académies canadiennes d’étendre l’euthanasie aux mineurs.

Archive des webémissions: L’expansion du suicide assisté par le Conseil des académies canadiennes – des mineurs matures

Dans cet épisode de l’Euthanasie et l’incapacité, Amy Hasbrouck et Christian Debray discutent:

  • L’expansion du suicide assisté par le Conseil des académies canadiennes : des mineurs matures
  • Les projets de loi sur le suicide assisté en Nouvelle-Zélande et en Australie

Veuillez noter que ceci n’est qu’un script et notre webémission inclut des commentaires additionnels.

L’EXPANSION DU SUICIDE ASSISTÉ PAR LE CONSEIL DES ACADÉMIES CANADIENNES : DES MINEURS MATURES

  • Le préambule du projet de loi C-14, la loi canadienne sur le suicide assisté, précise trois extensions possibles du suicide assisté; pour les mineurs mûrs, les personnes atteintes de troubles psychiatriques et ceux qui demandent un suicide assisté dans une directive avancée. Santé Canada a demandé au Conseil des académies canadiennes d’étudier chacun de ces domaines. Aujourd’hui et au cours des deux prochaines semaines, nous examinerons chacun de ces sujets. La webémission d’aujourd’hui se concentrera sur le suicide assisté pour les « mineurs matures ».
  • Les enfants malades et handicapés grandissent souvent dans des familles où les parents non handicapés considèrent leur vie comme un fardeau, tragique, décevante de leurs espoirs pour l’avenir et «qu’elle ne vaut pas la peine d’être vécue». L’incapacité de l’enfant plutôt que la discrimination à laquelle fait face la famille, est considéré comme la source des problèmes de la famille. Lorsque ces croyances et ces sentiments sont acceptés par l’enfant, le résultat est une faible estime de soi.
  • Les enfants malades et handicapés, qui sont souvent la seule personne avec une déficience dans la famille, n’ont pas de modèles positifs à la maison et dans la culture populaire, sont généralement isolés d’autres personnes en situation de handicap avec une image positive d’eux-mêmes.
  • Cette expérience, isolée des pairs et sujet des sentiments négatifs des parents, est très semblable à celle des enfants lesbiennes, gaies, bisexuels et transgenres qui grandissent dans une société homophobe. Et comme pour les enfants LGBT, les adolescents en situation de handicap courent un risque élevé de suicide.
  • Les parents qui tuent leurs enfants handicapés bénéficient d’un traitement plus indulgent que ceux qui tuent les enfants non handicapés, ce qui reflète la dévaluation de la vie des enfants avec déficiences par la société. Dans une étude sur 35 cas de parents qui ont été condamnés pour avoir tué leurs enfants handicapés, 15 n’ont reçu aucune peine de prison. Huit personnes ont reçu moins de cinq ans de prison et neuf autres ont passé moins de 20 ans en prison. Cela se compare à une peine moyenne de 30 ans pour un meurtre d’un enfant non-handicapé.
  • La chirurgie que commandent les parents pour leurs enfants avec déficiences pour les rendre plus faciles à prendre en charge est une autre façon dont les enfants handicapés sont dévalués. Par exemple, le traitement Ashley (nommé pour la première personne connue pour l’avoir) implique de supprimer les organes sexuels d’un enfant et de ralentir leur croissance avec des hormones afin qu’ils ne puissent jamais devenir adultes.
  • Les enfants en situation de handicap subissent un risque d’abus beaucoup plus élevé que les enfants non handicapés. Ils sont souvent conditionnés à se conformer dans de nombreuses situations désagréable, comme des traitements médicaux douloureux et des soins personnels envahissants. Ça les fait devenir des victimes idéal d’abus, tout en niant la douleur qu’ils ressentent et le manque d’intimité qu’ils éprouvent.
  • En plus, les enfants malades et handicapés font face aux mêmes problèmes d’adolescence que les enfants non handicapés, et certaines études ont révélé qu’ils sont encore plus susceptibles de se suicider.
  • Pourquoi les adolescents non handicapés peuvent-ils bénéficier d’une politique de la prévention du suicide, alors que les jeunes malades et handicapés sont encouragés et aidés à se suicider?
  • Un exemple est celui de Jerika Bolen qui est décédée en septembre 2016. Jerika, qui a eu une déficience neuromusculaire, a reçu un soutien généralisé et des milliers de dollars en dons pour une «Dernière danse» lorsqu’elle annonça publiquement qu’elle voulait aller en soins palliatifs pour mourir. Les militants ayant des incapacités similaires ont exprimé leur inquiétude quant à savoir si Jerika recevait une bonne prise en charge de la santé et de la douleur. Les militants des droits des personnes en situation de handicap ont également remis en question l’effusion de soutien public pour son décès, tandis que la société s’engage à prévenir le suicide des adolescents non handicapés.
  • En fait, ce matin, nous avons appris qu’un homme de 19 ans en Angleterre, Tommy Swales, qui avait l’Ataxie de Friedreich, s’est suicidé à cause de la dépression. Il a parlé de son désir de se suicider à sa mère et sur les médias sociaux.
  • De nombreuses lois, telles que celles qui interdisent l’utilisation du tabac et de l’alcool par les jeunes, limitent la liberté des adolescents afin de prévenir les blessures auto-infligées. Empêcher les gens qui ont moins de 18 ans d’avoir l’aide au suicide serait compatible avec les politiques publiques actuelles.

LES PROJETS DE LOI SUR LE SUICIDE ASSISTÉ EN NOUVELLE-ZÉLANDE ET EN AUSTRALIE

  • Le mois dernier, un comité consultatif ministériel dans l’État australien de Victoria a publié des recommandations pour la législation sur le suicide assisté.
  • Le comité a recommandé que les citoyens et les résidents permanents âgés de 18 ans et plus qui ont une «capacité de décision éclairée» puissent demander des drogues à leur médecin afin de mettre fin à leur vie. Dans les cas où la personne ne peut pas s’auto-administrer la drogue, un médecin peut le faire pour eux. Par conséquent, le suicide assisté et l’euthanasie seraient autorisés.
  • La condition médicale de la personne doit être prédite pour causer le décès dans les 12 mois et causer des «souffrances qui ne peuvent être soulagées d’une manière qui est tolérable pour la personne». Les certificats de décès enregistrent le problème de santé de la personne comme cause du décès. Le projet de loi devrait être présenté au parlement de l’État en septembre; Si adopté, il entrerait en vigueur en 2019.
  • Pendant ce temps, en Nouvelle-Zélande, un projet de loi sur les choix de fin de vie attend la première lecture. Dans ce cas, l’état médical de la personne doit être « grave et irrémédiable » et « dans un état avancé de déclin irréversible » ou causer la mort dans les 6 mois. Les citoyens et les résidents permanents admissibles doivent être en mesure de comprendre la «nature» et les «conséquences» de la mort assistée. Une variété de méthodes doit être proposée à la personne, y compris la consommation orale des drogues, la livraison par intraveineuse initiée par la personne, l’injection par une autre personne, ou la livraison par sonde d’alimentation. Les certificats de décès doivent inclure à la fois l’état de santé sous-jacent de la personne et une référence au suicide assisté.
  • Parallèlement, le Comité de santé du Parlement néo-zélandais vient de publier les résultats d’une enquête de deux ans sur le sujet du suicide assisté. Le Comité a refusé de recommander le suicide assisté et l’euthanasie, en citant des problèmes de sécurité publique.