Introduction

Archive des webémissions: Une nouvelle cause au Québec

Cette semaine, nous parlons d’une plainte au Québec afin d’élargir l’admissibilité à l’euthanasie.

Archive des webémissions: Une nouvelle cause au Québec

Dans cet épisode de l’Euthanasie et l’incapacité, Amy Hasbrouck et Christian Debray discutent:

  • Dans une nouvelle cause au Québec, les demandeurs cherche à étendre les lois provinciales et fédérales sur l’euthanasie
  • Une étude des hôpitaux à Toronto montre que les gens demande le suicide assisté pour des raisons existentielles

Veuillez noter que ceci n’est qu’un script et notre webémission inclut des commentaires additionnels.

DANS UNE NOUVELLE CAUSE AU QUÉBEC, LES DEMANDEURS CHERCHE À ÉTENDRE LES LOIS PROVINCIALES ET FÉDÉRALES SUR L’EUTHANASIE.

  • Deux Montréalais ont déposé une plainte devant le tribunal supérieur du Québec qui conteste les articles des lois provinciales et fédérales sur l’euthanasie qui limitent l’accès aux personnes qui se trouvent à la «fin de vie» ou dont le décès est «raisonnablement prévisible».
  • Jean Truchon (49) et Nicole Gladu (71) ont des incapacités qui s’aggravent et ils perdent leur indépendance. M. Truchon a une paralysie cérébrale et vie dans un CHSLD depuis 2012, car il a perdu l’usage des bras.  Mme Gladu a un syndrome post-polio qui met son indépendance en danger.
  • Leur avocat, Jean-Pierre Ménard, a déclaré que les deux souffrent d’états médicaux incurables qui causent des souffrances persistantes et intolérables, deux des critères énumérés dans la décision dans l’affaire Carter de 2015. Cependant, puisque les demandeurs ne sont pas en «fin de vie», ils ne sont pas admissibles à la loi québécoise sur l’euthanasie; ni leur décès est «raisonnablement prévisible», comme le prescrit la loi fédérale.
  • Me. Ménard fait valoir que, étant donné que les lois limitent l’accès à l’euthanasie et au suicide assisté plus que la Cour suprême a demandée dans l’affaire Carter, elles violent les droits afférents aux demandeurs.
  • D’autres soutiennent que le Parlement a le droit et le devoir de faire des lois pour protéger ses citoyens et que la promotion de la prévention du suicide est un objectif important du gouvernement. Ils soutiennent que le gouvernement met toutes sortes de limites sur ce que les citoyens peuvent et ne peuvent pas faire, pour leur propre sécurité et pour les autres, comme les limites de vitesse et les lois sur les ceintures de sécurité. Ils estiment que limiter l’accès au suicide assisté et à l’euthanasie à des personnes en train de mourir est un exemple d’une limite appropriée.
  • Le suicide assisté par l’État est la mauvaise réponse à la souffrance des gens. Les soins palliatifs efficaces, le soutien à domicile et les services de conseil par les pairs sont des premières étapes essentielles avant de recourir à la mort.
  • Les partisans du suicide assisté et de l’euthanasie transforment les croyances publiques: de penser au suicide et à la mort comme des problèmes à résoudre par la société, la mort étant un atout pour la personne et la société.
  • La légalisation n’est pas nécessaire – Tout le monde a la possibilité de se suicider ou de refuser les soins médicaux et de sédation palliative sur demande. Le suicide n’est pas censé être facile; C’est pourquoi nous avons une politique publique contre elle.
  • Il est discriminatoire: si les personnes sans handicap reçoivent des services de prévention du suicide si elles souhaitent mourir, les personnes handicapées seront encouragées et aidées à se suicider. L’hypothèse sous-jacente est qu’il vaut mieux être mort que handicapé.
  • Le choix est une illusion – Le choix de mourir ne peut être libre tant que les personnes handicapées n’ont pas le choix d’où et comment vivre. Ce choix est limité non pas par le handicap, mais par les politiques gouvernementales et les priorités de dépenses qui limitent le logement accessible et forcent les personnes qui ont besoin d’aide personnelle pour vivre dans des établissements.
  • Les protections ne marchent pas – Lorsque ces pratiques sont légales, les garanties n’empêchent pas les personnes handicapées d’être tuées à tort.

UNE ÉTUDE DES HÔPITAUX À TORONTO MONTRE QUE LES GENS DEMANDE LE SUICIDE ASSISTÉ POUR DES RAISONS EXISTENTIELLES

  • Une étude publié par le « New England Journal of Medicine » le 27 mai 2017 a décrit la première année du programme de mort assistée du « University Health Network » (UHN) à Toronto.
  • Selon les auteurs de l’étude, Le Département des soins de soutien au Centre de Cancer Princess Margaret, qui offre des services de soins d’oncologie et de soins palliatifs psychosociaux, a assumé la responsabilité opérationnelle de l’AMM chez le UHN en raison de l’expertise de ses membres pour répondre aux besoins des patients et des familles. D’autres départements cliniques ne voulaient pas être formellement associés à l’AMM pour des raisons de conscience du personnel et la stigmatisation.
  • Le programme UHN comporte des fonctionnalités intéressantes:
    • Ils ont choisi de limiter la mort assistée aux injections mortelles dans un milieu hospitalier, afin de minimiser le risque de complications et de permettre au personnel de régler tout problème qui se pose. Les personnes qui voulaient prendre des médicaments par voie orale ou à la maison ont été référées à d’autres fournisseurs.
    • L’euthanasie est administrée dans différentes zones des hôpitaux car « aucune unité n’était disposée à être identifiée comme l’unité AMM de facto ».
  • Sur les 74 personnes qui ont demandé de l’information sur le suicide assisté au programme UHN entre mars 2016 et mars de cette année, seulement 29 ont participé au processus d’évaluation. « Les raisons de ne pas procéder comprenaient le retrait de la demande par le patient, la maladie mentale primaire, le délire et la mort active, avec une incapacité concomitante de participer à une évaluation. »
  • Sur les 29 personnes qui ont été évaluées,
    • 25 (86%) ont été « approuvés » pour l’euthanasie. Les raisons du refus ont été le manque de capacité de donner un consentement éclairé et une indécision sur le désir de mourir.
    • 28 personnes recevaient des soins palliatifs, mais seulement 15 recevaient des soutiens psychosociaux.
  • Sur les 25 personnes approuvées pour l’euthanasie, 19 ont effectivement été euthanasiées.
    • Les raisons pour lesquelles les personnes n’ont pas reçu d’euthanasie comprenaient le retrait de la demande et le décès naturel.
    • 95% ont cité la perte d’autonomie comme motif de la demande d’euthanasie.
    • « D’autres raisons communes incluaient le désir d’éviter de perturber les autres ou de perdre la dignité et l’intolérance de ne pas pouvoir profiter de sa vie. Peu de patients ont cité un contrôle inadéquat de la douleur ou d’autres symptômes. »
  • L’UHN a constaté que non seulement les travailleurs de soins directs avaient besoin d’éducation et de soutien pour s’occuper du nouveau programme, mais aussi du personnel indirect dans le ménage, les dossiers médicaux et les transports.
  • Sur la base de l’expérience du programme, les chercheurs ont conclu: «Nous avons maintenant pris position dans notre programme d’AMM qu’il n’est ni souhaitable ni pratiquement possible que l’AMM soit livré en cas d’urgence à la fin de la vie».
  • «Comme dans d’autres juridictions, de nombreux patients ont changé d’avis sur la poursuite de l’AMM après avoir fait la demande et l’approbation». Les chercheurs ont attribué cela aux personnes qui ont réussi à avoir un «sentiment de contrôle» au cours de leur vie.
  • Le lancement et l’exploitation du programme d’euthanasie ont impliqué le déplacement des ressources humaines et financières pour le rendre possible. Bien que certains services soient payés par l’assurance maladie provinciale, le temps requis pour participer à l’examen des cas et à remplir les exigences en matière de rapports est largement effectué sur une base volontaire. Le rapport dit; « Des mécanismes de financement sont nécessaires pour assurer une livraison sûre et efficace de l’AMM dans des contextes qui peuvent ne pas être en mesure de mobiliser des ressources internes adéquates. »