Introduction

Archive des webémissions: La Belgique contre l’Oregon

Cette semaine, nous examinons les différences de statistiques et les exigences légales en matière de suicide assisté en Belgique et en Oregon.

Archive des webémissions: La Belgique contre l’Oregon

Dans cet épisode de l’Euthanasie et l’incapacité, Amy Hasbrouck et Christian Debray discutent:

  • Pourquoi y a-t-il plus de morts assistées en Belgique qu’en Oregon?
  • FAQ : Y-a-t-il des sauvegardes pour prévenir les problèmes et les abus?

Veuillez noter que ceci n’est qu’un script et notre webémission inclut des commentaires additionnels.

POURQUOI Y A-T-IL PLUS DE MORTS ASSISTÉES EN BELGIQUE QU’EN OREGON?

  • Bien que la Belgique n’ait que trois fois la population de l’État américain de l’Oregon, elle a près de 20 fois plus de morts assistés par année.
  • Selon Wikipédia, la population de l’Oregon en 2014 était de 3,97 millions. La population de la Belgique en 2013 était de 11,2 millions. Le nombre de suicides assistés dans l’Oregon en 2015 était de 132 (décès confirmés, avec 218 prescriptions écrites). Le nombre d’euthanasies déclarées dans la même année en Belgique était de 2022.
  • Cet écart ne peut s’expliquer par l’incidence du suicide. Le taux global de suicide pour 2012 dans l’Oregon était de 17,7 pour 100 000 personnes, alors qu’en Belgique il était en fait inférieur, à 14,2 pour 100 000.
  • Le prochain endroit à regarder seraient les différences entre les lois en Oregon et en Belgique.
  • Peut-être la différence la plus importante est que dans l’Oregon, la personne doit effectuer l’acte final en ingérant les drogues, alors qu’en Belgique, la drogue est injecté par un médecin. Cela déplace la responsabilité vers le médecin.
  • Une autre différence concerne les personnes admissibles. Dans l’Oregon, la loi sur le suicide assisté («Death with Dignity») a les exigences d’admissibilité suivantes:
    • La personne doit être un adulte – âgé de 18 ans ou plus
    • Elle doit être un résident de l’Oregon
    • Elle doit être capable de prendre et d’exprimer des décisions en matière de soins de santé, tel que déterminé par le médecin traitant.
    • Elle doit avoir une maladie terminale (qui entraînera la mort dans les six mois).
    • Elle doit exprimer un souhait volontaire et informé de mourir.
  • La loi belge sur l’euthanasie protège un médecin contre une accusation d’infraction pénale, pour autant que les critères d’éligibilité suivants soient respectés:
    • La personne doit être un adulte ou un mineur émancipé (ou un enfant en phase terminale, avec la permission des parents).
    • La personne doit être légalement compétente et consciente lors de la demande.
    • La demande doit être volontaire, bien réfléchie, répétée et non pas le résultat d’une pression extérieure.
    • La personne doit être dans un état «médicalement sans issue».
    • La personne doit avoir des souffrances physiques ou mentales constantes et insupportables qui ne peuvent être atténuées.
    • Ses souffrances résulte d’un trouble grave et incurable.
  • Une différence importante est le fait que, dans l’Oregon, l’admissibilité est liée uniquement à la nature terminale de la maladie. C’est un critère (un peu) objectif, bien que les médecins ne sont pas très bons à faire des pronostics de fin de vie. En Belgique, l’admissibilité est liée à une série de critères subjectifs; La condition «médicalement sans issue» et la perception de la personne de ses souffrances.
  • Une autre explication possible de l’écart peut être culturelle. Près de 60% des Belges appartiennent à la communauté flamande, 40% à la communauté française et 1% à la Communauté germanophone. Pourtant, la grande majorité des euthanasies en 2015 ont été effectuées sur les néerlandophones (1629 sur 2022), contre 393 sur les Français. Cela indique qu’il peut y avoir un biais dans la population flamande envers l’euthanasie comme option acceptable.
  • Il serait important pour le Canada de mieux comprendre ces facteurs afin de diminuer le nombre de Canadiens qui demanderont «l’aide médicale à mourir» à l’avenir.

FAQ: Y-A-T-IL DES SAUVEGARDES POUR PRÉVENIR LES PROBLÈMES ET LES ABUS?

  • De nombreuses garanties ont été suggérées et essayées. Le Conseil des Canadiens avec déficiences et le « National Council on Disability » des États-Unis ont étudié en détail la possibilité de mesures de protection et ont déterminé que la prohibition était la seule solution vraiment efficace. En général, il n’y a pas assez de surveillance avant la mort de la personne, et presque aucune surveillance après la personne meurt. Les garanties types comprennent:
    1. Demande volontaire – Les demandes de suicide assisté devraient être volontaires et sans influence extérieure.
  • La discrimination et les obstacles, plutôt que l’incapacité de la personne, créent les conditions qui mènent à la plupart des demandes d’aide à mourir. Les personnes en situation de handicap manquent souvent de soins de santé et de réadaptation, de soutien et d’accessibilité nécessaires pour s’intégrer en tant que membres de leurs communautés. Les personnes qui meurent peuvent manquer des soins palliatifs nécessaires pour soulager la douleur physique et existentielle.
  • La personne peut faire face à des pressions en raison de difficultés économiques ou de stress familial.
  • Les commentaires de la famille, des amis ou du personnel médical peuvent faire sentir à la personne qu’elle est un fardeau, qu’elle est moins précieuse, que sa vie est une tragédie ou qu’elle serait «mieux morte».
  • Les litiges sur un héritage peuvent amener les membres de la famille à exercer une pression directe ou indirecte sur quelqu’un pour choisir la mort.
  • Les personnes en situation de handicap et les aînés subissent des taux d’abus très élevés, tant à la maison que dans les établissements.
  • L’influence indue et la contrainte se produisent habituellement à huis clos et sont difficiles à détecter. La plupart des gens sont trop embarrassés pour signaler un abus, ou l’agresseur est le seul soignant, de sorte que le signalement de l’abus risque de pires conséquences, comme l’institutionnalisation ou des représailles.