Introduction

Archive des webémissions: Le suicide assisté et les femmes

Cette semaine, nous discutons de l'impact disproportionné du suicide assisté sur les femmes.

Archive des webémissions: Le suicide assisté et les femmes

Dans cet épisode de l’Euthanasie et l’incapacité, Amy Hasbrouck et Christian Debray discutent:

  • Le suicide assisté met les femmes en plus grand danger
  • Un projet de loi pour le suicide assisté est vaincu en Australie du sud

Veuillez noter que ceci n’est qu’un script et notre webémission inclut des commentaires additionnels.

LE SUICIDE ASSISTÉ MET LES FEMMES EN PLUS GRAND DANGER

  • Plusieurs chercheurs féministes qui ont examiné le suicide assisté croient qu’il est particulièrement dangereux pour les femmes.
  • Les chercheurs estiment que l’idée d’autonomie ne s’applique pas bien aux femmes parce que cette idée ne tiens pas compte de l’impact des préjugés sexistes dans notre société.
  • Les chercheurs estiment que les raisons pour lesquelles les femmes demandent le suicide assisté, et les raisons pour lesquelles elles le reçoivent, ont beaucoup à voir avec les préjugés sexuel:
    • Les femmes sont dévalorisées dans notre société; les femmes âgées et handicapées encore plus.
    • On s’attend à ce que les femmes se sacrifient pour le bien de leurs familles et de ceux qui les entourent.
    • Les femmes ont de la difficulté à obtenir de bons soins de santé,
      • Les femmes obtiennent souvent un soulagement médiocre de la douleur.
      • Les problèmes physiques sont souvent ignorés comme étant d’origine psychologique.
      • Les femmes ont des taux de dépression plus élevés que les hommes, et les soins de santé mentale ne sont souvent pas couverts par les assurances.
      • Les femmes font face à un taux de pauvreté plus élevé et sont moins apte à recevoir de l’assurance basée sur l’emploi
      • Comme les femmes vivent plus longtemps, elles sont plus susceptibles d’être seules en vieillissant.
      • On enseigne aux femmes à ne pas s’affirmer ni à défendre leurs intérêts.
    • Les demandes de suicide assisté peuvent être un effort pour changer une situation oppressive, comme la violence domestique.
    • Les attentes liées au sexe peuvent affecter la décision du médecin d’accorder ou non la demande.
  • Les questions de genre affectent également le débat public.
    • Les femmes figurent plus souvent dans les comptes rendus des médias sur le suicide assisté.
    • La dévaluation des femmes et les attentes du sacrifice de soi peuvent jouer un rôle dans les attitudes du public à l’égard du suicide assisté.
  • Les femmes tentent de se suicider trois fois plus souvent que les hommes, mais les hommes sont 3,5 fois plus susceptibles de compléter leur suicide. Le suicide assisté semble conçu pour égaliser les chiffres.
    • Dans certains pays, (La Belgique), le rapport des hommes aux femmes ayant eu l’euthanasie est environ égal.
    • Dans d’autres pays, (La Suisse), plus de femmes que d’hommes ont eu le suicide assisté ou l’euthanasie.
    • 70% des victimes de Jack Kevorkian étaient des femmes.
  • Les femmes représentent plus de 70% des personnes euthanasiées pour des raisons psychiatriques.

UN PROJET DE LOI POUR LE SUICIDE ASSISTE EST VAINCU EN AUSTRATLIE DU SUD

  • Un projet de loi qui aurait légalisé le suicide assisté dans l’état de l’Australie du Sud a été rejeté par un seul vote après un débat de toute une nuit.
  • Selon Paul Russell, fondateur et directeur de HOPE, (une coalition pour prévenir l’euthanasie et le suicide assisté), «Le projet de loi sur la mort dans la dignité 2016 a été le deuxième projet de loi débattu cette année, suivant étroitement une première tentative de style belge qui a été abandonnée dans le même parlement. Le premier projet de loi était considéré comme un pont trop loin pour le parlement et le nouveau projet de loi de substitution était considéré par beaucoup comme plus modéré; un scénario ‘mauvais flic / bon flic.’ Ce genre de pensée a clairement influencé un certain nombre de députés. Pour la première fois dans l’histoire de la Chambre basse du Parlement, le projet de loi a franchi le premier obstacle (deuxième lecture) par une marge de 27 voix contre 19 en début de soirée. »
  • M. Russell Continue « Le débat a été porté à l’étape du comité où les articles sont discutés et des questions peuvent être posées à l’auteur du projet de loi. Se continuant tard dans la nuit, en fait toute la nuit, ceux qui s’opposaient au projet de loi et d’autres ont exposé de nombreuses lacunes du projet de loi d’une manière scientifique. »
  • « Le vote final a été pris à 4h02. La Chambre était divisé 23 voix contre 23. Le projet de loi a été rejeté sur le vote du Président. »