Introduction

Archive des webémissions: Un rapport de l’Ontario sur « l’aide médicale à mourir »

Cette semaine, nous analysons de nouvelles données sur le suicide assisté en Ontario.

Archive des webémissions: Un rapport de l’Ontario sur « l’aide médicale à mourir »

Dans cet épisode de l’Euthanasie et l’incapacité, Amy Hasbrouck et Christian Debray discutent:

  • Le rapport sur l’aide médicale à mourir de l’Ontario : Qu’est-ce qui y manque?
  • Les suicides assistés en Suisse augmente en 2014 et 2015

Veuillez noter que ceci n’est qu’un script et notre webémission inclut des commentaires additionnels.

LE RAPPORT SUR L’AIDE MÉDICALE À MOURIR DE L’ONTARIO : QU’EST-CE QUI Y MANQUE?

  • Le bureau du coroner en chef de l’Ontario a publié la première statistiques sur le programme de l’euthanasie et suicide assistée en Ontario pour la période du 6 Juin au 30 Septembre 2016. Il a rapporté un total de 79 euthanasies et aides au suicide.
  • Le rapport ne comprend pas les 13 euthanasies autorisées par le tribunal qui ont été effectuées en Ontario entre le 6 février et 6 juin; portant le total à 92 personnes.
  • Le Globe and Mail de Toronto a déclaré dans un article le 6 octobre que 95 personnes sont mortes par suicide assisté ou euthanasie en Ontario depuis le 6 février.  D’autres médias donnent un total de 87 ou 89.
  • Le rapport, qui est présenté comme une diapositive de Power-Point, commence par répartir les 79 mort assistée par type (77 euthanasie et 2 suicides assistés). La «maladie sous-jacente» est indiquée à côté, sans référence à la nature de la «souffrance intolérable» vécue par la personne. Sans cette information, nous ne pouvons pas savoir qui auraient pu être rendus vulnérables à l’incitation à l’euthanasie et au suicide assisté par leurs conditions.
  • Les catégories de maladies sous-jacente sont:
    • Liées au cancer – 50
    • SLA – 9
    • Autres, neurologiques- 10
    • Cardio-vasculaire ou respiratoire – 6
    • Autres – 4
  • Ni la catégorie «autres, neurologique», ni la catégorie «autres» (pour un total de 14 cas) sont identifiés. Ceci est important car il y a beaucoup de conditions neurologiques (telles que la sclérose en plaques, la maladie mentale et l’autisme) qui pourraient rendre une personne inadmissible à l’aide au suicide, mais pour lesquelles l’euthanasie a été accordé dans d’autres juridictions.
  • Selon le rapport, 40 personnes sont mortes à l’hôpital, et 39 personnes sont mortes « à la maison » où « maison » est définie pour inclure les maisons de soins infirmiers et autres établissements de soins de longue durée. Cette statistique devrait être répartie pour indiquer combien de personnes vivaient dans des institutions, pour donner une indication quant à savoir si leur situation de vie aurait pu les rendre vulnérables à l’incitation à se suicider.
  • Le nombre de cas de suicide assistée et d’euthanasie est ensuite décomposé par comté, avec les plus grand nombre se produisant à Toronto (24) et Ottawa (8), tandis que la plupart des autres comtés avaient eu moins de cinq cas.
  • Et c’est tout; c’est tous les renseignements fournis. Ceci est le rapport d’un simple coroner.
  • Il n’y a pas d’informations démographiques sur les personnes qui ont été euthanasiés, aucune information pour montrer si les garanties dans la loi ont été respectées, aucune information sur les médecins qui ont effectué l’euthanasie.
  • Il n’y a aucun moyen de garantir que tous les médecins qui ont effectué l’euthanasie ont effectivement rempli la paperasse de façon correcte et soumis le rapport aux autorités fédérales. Nous ne savons pas ce que, le cas échéant, des informations seront collectées et fournies par le gouvernement fédéral dans les futurs rapports sur les progrès du programme de l’aide médicale à mourir.
  • Ce que nous avons est une information qui a été prise à partir des rapports de décès envoyés au bureau du coroner de l’Ontario. Ce rapport ne montre pas si la cause du décès a été répertorié comme l’aide médicale à mourir ou la condition médicale sous-jacente.

LES SUICIDES ASSISTÉS EN SUISSE AUGMENTE EN 2014 ET 2015

  • Selon un article à Swissinfo.ch, les derniers chiffres sur les suicides assistés en Suisse montrent une augmentation de 26% dans l’année 2014. La grande majorité des personnes qui sont mortes par suicide assisté étaient des malades en phase terminale. L’article peut être trouvé à http://www.swissinfo.ch/fre/fin-de-vie_de-plus-en-plus-de-suisses-ont-recours-au-suicide-assist%C3%A9/42510734.
  • Un rapport de l’Office fédéral de la statistique dit qu’en 2014 la Suisse comptait 742 cas de suicide assisté, plus de 2,5 fois plus qu’en 2009, cinq ans plus tôt. En 2014, le suicide assisté représentait 1,2% de tous les décès en Suisse.
  • Les hommes et les femmes étaient presque également représentés dans le nombre de suicide assisté.
  • Dans 42% des cas, l’aide au suicide était liée à des maladies reliées au cancer. Les troubles neurodégénératifs ont conduit à 14% des suicides assistés, suivie par les maladies cardio-vasculaires à 11% et les maladies musculo-squelettiques à 10%. L’article Swissinfo n’a pas expliqué ce que signifiait « maladies musculo-squelettiques».
  • La clinique de suicide « Exit » a rapporté une augmentation de 34% en 2015; de 583 décès par suicide assistées en 2014 à 782 en 2015. Les décès causés par les autres cliniques de suicide en Suisse en 2015 n’a pas encore été signalé.
  • Le rapport de la clinique de suicide « Exit » a indiqué que des décès par suicide assisté en 2015, 55% étaient des femmes et 45% étaient des hommes.