Introduction

Archive des webémissions: Quelles informations doit-on recueillir sur l’euthanasie?

Cette semaine, nous passons en revue les informations à collecter pour suivre efficacement le programme d'euthanasie.

Archive des webémissions: Quelles informations doit-on recueillir sur l’euthanasie?

Dans cet épisode de l’Euthanasie et l’incapacité, Amy Hasbrouck et Christian Debray discutent:

  • Quelles informations doit-on recueillir sur l’euthanasie?
  • Des « documentaires » de CBC valent une réponse

Veuillez noter que ceci n’est qu’un script et notre webémission inclut des commentaires additionnels.

QUELLES INFORMATIONS DOIT-ON RECUEILLIR SUR L’EUTHANASIE?

  • Le ministère de la santé du gouvernement fédéral devra décider au cours des prochains mois quelles informations il devra recueillir au sujet du suicide assisté et de l’euthanasie (SA/E) afin de les mettre dans ses rapports.
  • Nous nous attendons à une autre lutte, entre un gouvernement qui veut fournir des informations limitées, et les militants qui veulent une image très complète de l’aide médicale à mourir.  Spécifiquement, c’est important à savoir qui est concerné, les facteurs qui conduisent à la demande, le processus d’approbation, et le résultat de la demande d’euthanasie. Les opposants croient que c’est la seule façon de comprendre comment l’euthanasie affecte la société, aussi de tenir les parties responsables de leurs actions dans l’application de garanties sur le suicide assisté et l’euthanasie.
  • Les opposants croient également que des informations détaillées démontreront que la prestation de services qui rendent les personnes dépendantes représenteront un grand pourcentage de gens qui demandent à mourir.  Ces preuves aideront à contester la façon dont les services sont actuellement fournis (principalement dans les institutions, par des agences d’aide à domicile ou soignants familial non rémunéré).
  • TVNDY a préparé une liste des informations que nous croyons que le gouvernement devrait recueillir sur tous les cas de suicide assisté ou d’euthanasie qui arrive. Ces informations doivent être conservées pendant une durée indéterminée, mais pas moins de 25 ans, donc les futurs chercheurs pourront étudier la façon dont le programme a évolué depuis le début.
  • La confidentialité de la personne peut être assurée en omettant son nom et informations d’identification du dossier. Les médecins qui approuvent et exécutent l’euthanasie seront identifiés par leur numéro de licence seulement; leurs noms et leurs coordonnées seront conservés dans des dossiers privés séparés.
  • Les données démographiques sont nécessaires pour comprendre qui reçoit le suicide assisté.
    • Quel est le sexe, l’âge, la race, la ville ou de la région de la personne, son état matrimonial, et la composition de sa famille
    • Quelle est sa situation de vie?
      • Dans quel genre de cadre vivent-elle, (domicile, hôpital, institution, etc.)
      • Reçoit-elle de l’aide avec les activités de la vie quotidienne (de la famille / bénévoles, du personnel d’une agence, des travailleurs indépendants) ou est-elle indépendante?
      • Est-ce que la personne a des problèmes avec sa situation de vie? (manque d’accès, les services nécessaires ne sont pas reçues, le soupçon d’abus, etc.)
    • Quelles sont les circonstances socio-économiques de la personne (par exemple le revenu, et sa source), l’éducation, et l’histoire de travail, ses actifs, etc.
    • Quelle langue (s) parle-t-elle et obtient-elle des services dans sa langue maternelle?
    • La personne a-t-elle de l’assurance maladie complémentaire ou d’assurance-vie?
    • Est-ce que la personne a un médecin de soins primaires?
  • Quelle est la condition médicale (s) qui suscite la demande du SA / E, la date de début et la date du diagnostic? Quel est le pronostic et les facteurs qui contribuent à la croyance que la mort de la personne est raisonnablement prévisible?
  • Est-ce que la personne a une histoire de sentiments ou des comportements suicidaires ou d’automutilation?
  • Quelle est la raison (s) pour laquelle la personne déclare qu’elle est à la recherche du SA / E; quelle est la nature spécifique de la « souffrance intolérable »:
    • Quelles sont les raisons du SA / E observés par le médecin ou l’infirmière praticienne.
  • Quels ont été les résultats de toute enquête sur l’abus?
  • On doit inclure des informations sur le médecin ou l’infirmière praticienne primaire et de consultation, telles que:
    • Quel est le nom, le numéro de la licence et les coordonnées du professionnel;
    • Quelle est le domaine (s) de sa spécialité et les certification du professionnel médicale;
    • Quelle est la durée de la relation avec la personne;
    • Quelle est la nature de l’examen et des tests effectués;
    • Combien de SA / E le professionnel a-t-il approuvé et / ou exécutés?
  • Combien de médecins ont été consultés (« magasinage du médecin »)? La personne a-t-elle fait des demandes précédentes?
  • Est-ce qu’une évaluation psychiatrique a été effectuée?
  • Est-ce que la famille a été consulté? (sinon, pourquoi pas)?
  • Y avait-il des interventions alternatives (par exemple un traitement médical supplémentaire, soutien aux personnes handicapées, y compris les services de soins à domicile et soins palliatifs) mis à disposition, acceptées ou refusées?
  • Est-ce que les interventions alternatives (par exemple un traitement médical supplémentaire, soutien aux personnes handicapées, y compris les services de soins à domicile et soins palliatifs) étaient utiles dans la lutte contre la «souffrance intolérable» de la personne?
  • Est-ce qu’un groupe ou un bénévole pro-euthanasie était impliqué?
  • Quel est le résultat de la demande:
    • Si la personne a été déterminée admissible, expliquer pourquoi.
      • Quelle a été la méthode, la date, le lieu et les circonstances du décès, et le temps écoulé entre l’administration de la drogue et la mort?
      • Quelles complications ont eu lieu, le cas échéant?
      • Combien de temps a passé entre la demande initiale et la mort?
    • Si la demande a été refusée en raison de l’inéligibilité, indiquer la raison de l’inéligibilité (également, le soutien de suivi donné à la personne déterminée non admissible);
    • La demande a-t-elle été retirée, et si oui, pourquoi?
    • La personne est-t-elle décédée avant que le SA / E soit réalisée?
    • Est-ce que le médecin a refusé d’exécuter le SA / E (en raison d’objection de conscience)?  Si oui, comment est-ce que la personne a trouvé un autre praticien pour effectuer l’euthanasie?
    • Y avait-il un autre résultat?

LES « DOCUMENTAIRES » DE CBC VALENT UNE RÉPONSE.

  • Sur la saison première de « Firsthand » série documentaire de CBC (le jeudi 6 Octobre à 21 heures), le réseau présentera deux « documentaires » sur le suicide assisté / euthanasie. La première, « A Beautiful Death » (http://www.cbc.ca/firsthand/features/a-beautiful-death1) semble être une oeuvre typique de la propagande pro-euthanasie. Le second « The Road to Mercy » (http://www.cbc.ca/firsthand/episodes//road-to-mercy) vise à «identifier les limites du droit nouvellement acquis à tuer et à mourir». D’après la description, il semble également être un échantillon de propagande pour l’euthanasie et le suicide assisté, mais avec un semblant «d’équilibre» pour satisfaire «l’autre côté».
  • Il est important que la communauté des personnes en situation de handicap regarde et fait des commentaires sur ce programme, aussi douloureux ou enrageant qu’il puisse être. Nous devons signaler à « Firsthand » que la vie avec une déficience n’est pas un sort pire que la mort; les commentaires sur le site seront une occasion importante de faire cela. Plus la CBC entendra parler de nous, le plus ils prendront au sérieux la majorité silencieuse des personnes en situation de handicap qui sont toujours vivant.