Introduction

Archive des webémissions: 19 personnes handicapées tuées au Japon

Cette semaine, nous discutons de la réponse pitoyable au meurtre de 19 personnes handicapées dans un établissement japonais.

Archive des webémissions: 19 personnes handicapées tuées au Japon

Dans cet épisode de l’Euthanasie et l’incapacité, Amy Hasbrouck et Christian Debray discutent:

  • Un massacre de 19 handicapés au japon suscite une faible réponse
  • Le gouvernement du Canada fait une consultation sur l’accessibilité

Veuillez noter que ceci n’est qu’un script et notre webémission inclut des commentaires additionnels.

UN MASSACRE DE 19 HANDICAPÉS AU JAPON SUSCITE UNE FAIBLE RÉPONSE.

  • Dans les premières heures du 26 Juillet, 19 personnes handicapées ont été tuées et 26 ont été blessés lorsqu’un ancien employé de la maison des soins où ils habitaient les a poignardé dans leurs lits à Sagamihara au Japon.
  • Ce fut le plus grand massacre au Japon depuis la Seconde Guerre mondiale.
  • L’homme s’est rendu plus tard, en disant: «Il est préférable que les personnes handicapées disparaissent. »
  • Selon des sources médiatique, l’auteur présumé a tenté de remettre une lettre au chef de la chambre basse du parlement il y a plusieurs mois, offrant de tuer jusqu’à 470 personnes handicapées, dont il dit « devraient être euthanasiés si elles ne pouvaient pas faire le ménage et poursuivre des activités sociales ».
  • L’établissement Tsukuri Yamayuri En a refusé de divulguer les noms des personnes tuées et blessées, citant la confidentialité. Peu de familles se sont manifestés pour reconnaitre publiquement leurs parents morts.
  • Malgré la brutalité de l’attaque, et le nombre de personnes tuées et blessées, le massacre du Japon a reçu très peu d’attention dans la presse grand public et les médias sociaux. Cela contraste avec l’effusion de sympathie et de solidarité après la fusillade de Janvier 2015 à Charlie Hebdo et ailleurs à Paris qui a tué 20 personnes.
  • Beaucoup de gens dans la communauté des personnes en situation de handicap croient que le manque de reconnaissance de cette tragédie est dû au fait que les victimes étaient des personnes handicapées dans une société qui stigmatise l’incapacité.

LE GOUVERNEMENT DU CANADA FAIT UNE CONSULTATION SUR L’ACCESSIBILITÉ

  • Le gouvernement du Canada se prépare à introduire une loi pour améliorer l’accessibilité à travers le pays.
  • Car, c’est une loi fédérale, la loi ne pourrait affecter que les aspects de la vie quotidienne sur lesquels le gouvernement fédéral a compétence, de sorte que la loi pourrait avoir une portée plutôt limitée. Le gouvernement fédéral règlemente les choses comme le service postal, le commerce intra-provincial, le droit pénal, les terres fédérales, les Premières nations, la monnaie et les banques. De façon général, ce sont les provinces qui gèrent les services sociaux.
  • Une solution possible à ce problème est que le gouvernement fédéral pourrait aussi créer une «loi modèle» que les provinces pourraient adopter. Cela créerait une cohérence au moins parmi les provinces qui choisissent d’adopter le statut modèle des droits civil.
  • Le gouvernement fédéral a lancé un processus de consultation afin de recueillir les opinions des Canadiens en situation de handicap, de voir ce que l’accessibilité signifie au 14% estimé des Canadiens qui ont une incapacité.
  • Il est essentiel que chaque personne participe à ce processus de consultation en assistant à une audience et / ou soumettre des commentaires. Pour les personnes en situation de handicap afin de profiter de vrais choix dans la vie, il doit y avoir l’accessibilité universelle et une fin à la discrimination dans les lieux publics, les commerces de détail et établissements commerciaux, le logement, le transport, les loisirs, les services gouvernementaux, les affaires civiques, de la communication et de l’emploi.
  • À l’heure actuelle, les politiques d’accessibilité et la non-discrimination sont incohérents et fragmentaires. Ces droits proviennent des chartes, des causes judiciaires et des lois provinciales qui font un patchwork de droits et privilèges qui sont difficiles à appliquer. Une loi générale (ou un ensemble de lois) qui crée des normes et des mesures correctives cohérentes dans tout le pays est le seul moyen de transformer l’égalité promise par la Charte des droits en véritable accès dont les gens peuvent profiter dans leur vie quotidienne (pour tout; des barres d’appui aux interprètes de langue des signes en passant par les sites web accessibles).
  • Pour plus d’informations sur la consultation et la façon dont vous pouvez offrir vos commentaires, visitez leur site Web à http://Canada.ca/Canada-accessible.