Introduction

2. Qu’est-ce que le handicap a à voir avec ça? Le suicide assisté n’est-il pas seulement pour les personnes qui sont en phase terminale?

2. Qu’est-ce que le handicap a à voir avec ça? Le suicide assisté n’est-il pas seulement pour les personnes qui sont en phase terminale?

  • Pratiquement toutes les personnes avec une «maladie terminale» (six mois ou moins à vivre) ont des handicaps.
  • Dans tous les lieux où le suicide assisté est censé être réservé aux personnes qui sont des «malades en phase terminale», des gens qui ne sont pas «en phase terminale» sont systématiquement aidés à mourir.
  • Il est très difficile de prédire combien de temps une personne va vivre, et les médecins font parfois des diagnostics erronés. Nous connaissons tous quelqu’un qui a « battu les probabilités » et a vécu beaucoup plus longtemps que prévu par les médecins. En fait, les rapports de l’Oregon sur la santé publique de la loi «morte dans la dignité » montrent que, pendant chaque année depuis le début du programme, des gens ont survécu aux delà du maximum de six mois.
  • Dans la plupart des lois d’assistance au suicide, les personnes souffrant de maladies chroniques et d’invalidité sont également admissibles à l’aide au suicide.
  • Dans les endroits où le suicide assisté est légal, les normes pour les personnes admissibles ont connu une expansion  de plus en plus relâchée. Par exemple, aux Pays-Bas, les gens qui sont vieux ou simplement «fatigués de la vie» peuvent avoir une unité mobile d’euthanasie à leur domicile. Et récemment, en Belgique, deux hommes sourds ont reçu l’euthanasie parce qu’ils ont perdu la vue, et pense que d’être sourd et aveugle ne serait pas pire que la mort.
  • Les personnes handicapées sont dans une catégorie à « haut risque » parce que des problèmes mineurs peuvent souvent mettre leur vie en danger. À l’hôpital, les personnes handicapées sont souvent harcelées pour signer un ordre de «Ne pas réanimer» ou encouragées à refuser du  traitement.
  • Presque toutes les questions de soins de fin de vie, tels que l’accès aux soins de santé et de soulagement de la douleur, les soins personnels à domicile, l’entraide et le soutien de la famille ont été un enjeu pour les questions des droits des handicapés depuis des décennies.