Introduction

Tracy Latimer: mon âme sœur

Lisez les réflexions de Taylor sur ce que c'était de grandir en apprenant à propos de Tracy Latimer dans les nouvelles.

Tracy Latimer: mon âme sœur

Tracy Latimer: mon âme sœur – 18 juillet 2018
Taylor Hyatt – Analyste des politiques et coordonnatrice de la sensibilisation, Toujours Vivant-Not Dead Yet

Le 11 juillet 2018, un certain nombre de médias ont révélé que Robert Latimer cherchait soit un nouveau procès ou un pardon complet pour la condamnation pour meurtre au deuxième degré dans la mort de sa fille Tracy en 1993. La déclaration de culpabilité et la condamnation à perpétuité (avec un minimum obligatoire de dix ans avant la libération conditionnelle) ont été confirmées par la Cour suprême en 2001. Latimer a obtenu la semi-liberté en février 2008 et la libération conditionnelle totale en novembre 2010.

La plupart des Canadiens sont au courant de son crime: en octobre 1993, M. Latimer a mis Tracy, âgée de 12 ans, dans la cabine de son camion et y a fait circuler du gaz d’échappement. Son motif? Il « aimait sa fille », que l’on croyait souffrir sévèrement et ne pouvais plus « endurer de voir sa fille souffrir.».

La cause de la douleur et de la souffrance alléguées de Tracy était sa paralysie cérébrale. Je suis née avec le même handicap en mai 1992, environ un an et demi avant la mort de Tracy. En conséquence, j’ai toujours senti une connexion lorsque j’ai entendu son nom dans les nouvelles. Je ne me souviens pas de mon âge quand j’ai finalement compris ce qui lui était arrivé – probablement vers 10 ou 11 ans. (Pour référence, j’avais 18 ans lorsque Latimer a obtenu la libération conditionnelle totale en 2010. Parmi mes plus beaux souvenirs des cours de droit à l’école secondaire sont les discussions que mes camarades de classe avaient sur la façon dont ses actions étaient écœurantes!) Entendre le sort de Tracy m’a fait frissonner … et des années plus tard, c’est encore le cas. Le sentiment d’affinité que j’ai ressenti avec elle, et le dégoût que j’ai ressenti à la pensée de son meurtre sont restés avec moi. Si je devais tout mettre en mots, je dirais quelque chose comme: « Elle est comme moi, et son père est offensé de devoir s’occuper d’elle et a craint pour son avenir tellement qu’il l’a tuée. »

Il y a au moins deux différences majeures entre la vie de Tracy et la mienne. Comme toutes les familles, la mienne a eu sa part de querelles et de drames. Pourtant, aussi intenses que certains de ces conflits aient été, aucun ne m’aurait mis en danger physique. De même, une étiquette médicale est à peu près la seule chose que nos conditions ont en commun. Parce que mon discours et ma cognition ne sont pas affectés par ma paralysie cérébrale, il aurait été plus facile pour moi d’atteindre les autres si j’avais été dans une situation dangereuse chez moi. Les autorités seraient également plus susceptibles de prendre mes plaintes au sérieux. En raison des préjugés profondément enracinés dans notre système juridique, les récits de crimes présentés par des personnes qui communiquent en utilisant des technologies d’assistance ou qui ont des troubles cognitifs sont plus susceptibles de ne pas être crus.

Comme je l’ai écrit il y a quelques années, la vie avec un handicap ne semble pas trop étrange au public canadien en ce moment. Les déambulateurs et les fauteuils roulants comme ceux utilisés par Tracy et moi sont couramment visibles. Cependant, les préjugés intériorisés et la peur entourant le handicap qui ont joué un rôle dans son meurtre sont tout aussi fréquents qu’il y a 25 ans. L’euthanasie légale et le suicide assisté offrent maintenant une évasion socialement sanctionnée de ces messages négatifs; les procédures provoquent un changement saisissant dans l’opinion de notre pays sur le handicap, la mort, la définition de la « souffrance » et la quantité de souffrance avec laquelle quelqu’un peut vivre. Tout comme certains médecins ont commencé à considérer le comportement suicidaire comme « l’expression d’un refus de traitement médical », les avocats de Robert Latimer soutiennent maintenant que la nouvelle acceptation par la société du suicide assisté rend ses actes plus compréhensibles. Par conséquent, l’affaire contre lui devrait être réexaminée.

Cependant, les avocats manquent quelques points importants. D’abord, en tant que mineur, Tracy n’aurait pas pu consentir à sa propre mort. Son père avait la responsabilité de protéger sa fille, de prendre soin d’elle et de l’aider à prospérer – une tâche qu’il a clairement rejetée. Deuxièmement, les propres pensées de Tracy au sujet de sa vie n’ont pas été prises en compte. Au mieux, personne n’a demandé à Tracy ce qu’elle pensait de sa vie parce qu’il leur manquait un moyen cohérent de communiquer avec elle. Au pire, la joie évidente qu’elle a trouvée dans la vie avec sa famille et ses amis n’était pas respectée – en partie parce qu’elle était handicapée, jeune et femme.

Les questions demeurent: le Canada accorde-t-il moins d’importance à ses citoyens handicapés qu’il y a 25 ans? Est-ce que mon âme sœur continuera à obtenir la justice qu’elle mérite?