Archive des webémissions: 18/01/19

Dans cet épisode de l’Euthanasie et l’incapacité, Amy Hasbrouck et Christian Debray discutent:

  • La législation canadienne pour les droits des personnes avec des incapacités: le Nouveau-Brunswick
  • Un militant suédois s’interroge sur la loi du suicide assisté de l’Oregon

Veuillez noter que ceci n’est qu’un script et notre webémission inclut des commentaires additionnels.

LA LÉGISLATION CANADIENNE POUR LES PERSONNES AVEC DES INCAPACITÉS: LE NOUVEAU-BRUNSWICK

  • Bonjour à tous et bienvenue à notre série sur la législation sur les personnes handicapées à travers le Canada. Aujourd’hui, nous examinons le Nouveau-Brunswick. Comme la plupart des autres provinces, le Nouveau-Brunswick offre une combinaison de programmes gouvernementaux, plutôt qu’une seule loi décrivant les droits des personnes handicapées, et les mesures nécessaires pour réaliser la promesse d’égalité.
  • Premièrement, le code du bâtiment provincial a reçu une mise à jour importante en 2011. Dans les bâtiments nouveaux à usage public, les éléments suivants doivent être sans obstacle:
    • Les trajets principaux,
    • Les portes,
    • Les douches et baignoires,
    • Les compteurs,
    • Les fontaines à eau,
    • Au moins une entrée sur deux du bâtiment.
    • Les toilettes doivent être sans obstacle à moins d’être dans un site d’entreprise de moins de 500 mètres carrés complètement séparée du reste de l’installation.
    • Les zones d’attente doivent avoir des espaces pour les appareils de mobilité.
    • Le nombre de places de stationnement accessibles varie; d’un espace pour un stationnement de 15 places, à 10 places pour un stationnement de 1 301 cases, et augmentant d’un espace accessible pour 400 cases au-delà.
  • Le code du bâtiment exige l’accès aux hôtels et aux immeubles; cinq pour cent des chambres d’hôtel et des appartements aux immeubles de plus de 20 unités doivent être accessibles. Les petits logements (comme les auberges) de moins de dix chambres sont exemptés des exigences d’accessibilité.
  • Le programme d’aide sociale est disponible pour couvrir les frais de subsistance de base. Certaines personnes peuvent également être admissibles à un paiement d’invalidité supplémentaire, ainsi qu’une carte d’assurance-maladie pour payer les médicaments, les soins dentaires et les soins oculaires (qui ne sont pas inclus dans l’assurance-maladie ordinaire).
  • Le Programme de soutien aux personnes ayant un handicap fournit un certain nombre de ressources, telles que:
    • Le répit;
    • L’assistance personnelle à l’intérieur et à l’extérieur de la maison;
    • Les soutiens pour la participation communautaire;
    • La formation aux compétences de vie;
    • Le soutien au transport;
    • La technologie et les appareils fonctionnels, et
    • Les services dans les institutions résidentielles.
  • Le Programme de soutien aux familles pour les enfants ayant un handicap offre de l’aide, mais les familles doivent contribuer autant que possible à ces coûts. Les services comprennent:
    • Le répit;
    • Le transport, les repas et l’hébergement pour accéder aux services médicaux;
    • L’éducation parentale;
    • Quelques thérapies
    • La garde d’enfants pour les jeunes de plus de 12 ans; et
    • Certains articles médicaux.
  • Le Programme de convalescence et de réadaptation des Services de santé aide les gens à accéder à l’équipement adapté lorsque les coûts ne sont pas couverts par d’autres organismes ou des régimes privés d’assurance-maladie. Des exemples d’équipement comprennent:
    • Les aides à la mobilité
    • Les sièges de toilette et de douche
    • Les barres d’appui et les rampes,
    • Les levages et les planches de transferts, et
    • Les lits d’hôpital.
  • Le Nouveau-Brunswick a cinq programmes pour aider les personnes handicapées à trouver du travail:
    • Le programme « Aptitudes à l’emploi » est une subvention pour les employeurs d’embaucher des travailleurs handicapés. Ils reçoivent un salaire minimum jusqu’à 40 heures par semaine, plus la part des avantages sociaux de l’employeur (par exemple, un régime de retraite, ou l’assurance-emploi). La durée du placement dépend du plan d’emploi de la personne.
    • Une partie du Programme « Accroissement de l’emploi » fournit des subventions temporaires et partielles pour l’embauche de membres de certains groupes susceptibles d’être au chômage, y compris les personnes handicapées. Les postes trouvés dans le cadre de ce programme doivent éventuellement être à temps plein et permanent, ou à long terme et saisonniers.
    • Le Programme « Formation et perfectionnement professionnel » finance des stages coopératifs et des études équivalentes de la 7e à la 12e année si une personne reçoit déjà une aide provinciale à l’emploi. Les frais de scolarité et les livres sont inclus.
    • Le Programme « Services de support à l’emploi et à la formation » fournit aux personnes ayant des déficiences physiques, intellectuelles, psychiatriques, sensorielles ou cognitives le soutien nécessaire pour se qualifier, obtenir et conserver un emploi. Un client pourrait recevoir un interprète, une technologie d’assistance ou un tutorat spécialisé pour l’équivalence d’études secondaires.
    • Le Programme « Égalité d’accès à l’emploi » fournit des emplois dans le gouvernement provincial aux Autochtones, aux personnes handicapées et aux membres des minorités visibles.
  • Le Conseil du premier ministre pour les personnes handicapées semble faire beaucoup plus que ses équivalents dans les autres provinces. Ils publient des rapports annuels en ligne chaque mois de janvier, décrivant le travail effectué au cours des deux années précédentes. Parmi les faits saillants de 2015 et de 2016, mentionnons: la coordination d’événements pour la Semaine de sensibilisation à la situation des personnes handicapées, et la rencontre de divers organismes sans but lucratif et gouvernemental. Le contenu de ces réunions n’est pas accessible sur le site Web.
  • Le site Web du Conseil comprend:
    • Une liste des services gouvernementaux et sans but lucratif pour les personnes handicapées;
    • Un calendrier communautaire, permettant aux groupes de personnes handicapées d’annoncer des événements;
    • Des petites annonces permettant aux particuliers et aux organismes à but non lucratif de vendre ou de faire des dons d’articles liés au handicap;
    • Une liste des ressources d’emploi et d’éducation pour les personnes handicapées et les employeurs potentiels;
    • Un tableau des carrières pour les personnes qui cherchent à embaucher des préposés, des tuteurs ou des intervenants;
    • Une base de données énorme de publications va des codes du bâtiment, à la préparation aux situations d’urgence, à la planification à la transition pour les adolescents, aux conseils de jardinage pour les personnes à mobilité réduite; et
    • Un répertoire de services pour les personnes handicapées.
  • Enfin et surtout, le Nouveau-Brunswick offre quelques options récréatives intéressantes:
    • Les permis de chasse pour personnes handicapées permettent aux chasseurs ayant une incapacité physique permanente de chasser à partir d’un véhicule à l’arrêt.
    • Des subventions provinciales sont disponibles pour les organismes offrant des possibilités de sport et de loisirs aux personnes handicapées.
    • Les bibliothèques publiques ont des documents en formats substituts, comme des livres audios, et des livres électroniques. Les clients peuvent également utiliser un ordinateur avec une variété de logiciels accessibles afin de visualiser les ressources de la bibliothèque.

UN MILITANT SUÉDOIS S’INTERROGE SUR LA LOI DU SUICIDE ASSISTÉ DE L’OREGON

  • Fabian Stahle, un activiste suédois anti-euthanasie qui a assisté à la conférence de la Coalition pour la prévention de l’euthanasie à l’automne, a récemment pris conscience des efforts visant à légaliser le suicide assisté dans son pays.
  • Les autorités veulent calquer une loi potentielle sur celle qui est en vigueur en Oregon depuis 1997. La loi de l’Oregon stipule qu’une personne cherchant à se faire aider au suicide doit avoir une maladie en phase terminale; autrement dit, une « maladie incurable et irréversible qui entraînera, dans un jugement médical raisonnable, la mort dans les six mois ».
  • M. Stahle a échangé des courriels avec Craig New, un analyste de recherche de l’autorité de santé publique de l’Oregon, l’organisme gouvernemental qui supervise la loi « mourir avec la dignité ». Il a ensuite envoyé un compte rendu de la conversation et un article basé sur celui-ci à la Coalition pour la prévention de l’euthanasie.
  • Bien qu’aucune des informations ne soit nouvelle, l’échange a souligné certains aspects troublants de la loi de l’Oregon:
    • La définition de « maladie en phase terminale » s’applique même si l’état de la personne est chronique et que la santé est maintenue par un traitement médical régulier, comme l’insuline pour le diabète ou la dialyse pour les personnes souffrant d’insuffisance rénale.
    • La personne sera considérée comme « en phase terminale » même si elle refuse un traitement de sauvetage ou un traitement pour une maladie chronique. Selon les termes du membre du personnel, la loi « n’oblige pas les patients à avoir épuisé toutes les options de traitement en premier ou à continuer le traitement actuel … si le patient décide qu’il ne veut pas de traitement, c’est son choix. … le patient doit décider … si « tout espoir est perdu. » »
    • Même si le fournisseur de soins de santé ou l’assurance de la personne n’est pas disposée à payer pour le traitement, la personne est toujours considérée comme « en phase terminale » et elle est donc admissible au suicide assisté.
  • M. New n’a pas parlé de la différence entre refuser un traitement médical non désiré (et laisser une maladie suivre son cours naturel) et prendre des mesures positives (le suicide assisté) pour mettre fin à une vie. Il n’a pas non plus abordé l’injustice des traitements refusés menant à un diagnostic terminal.
  • M. New a confirmé que l’Autorité de Santé publique de l’Oregon ne vérifie pas si la personne qui demande l’aide au suicide répond aux critères d’admissibilité. Au lieu de cela, il s’appuie sur les deux médecins qui prennent la décision d’assurer l’honnêteté de l’autre.
  • L’impact d’un trouble psychiatrique, comme la dépression, sur une demande de suicide assisté, est contesté. M. New a déclaré que certains professionnels « ont fait valoir que le faible pourcentage de patients référés pour une évaluation psychiatrique (5%, et en baisse) suggère qu’un certain nombre de patients déprimés ne sont pas correctement évalués. D’autres soutiennent qu’une certaine dépression est attendue avec une maladie en phase terminale, et que le jugement n’est pas nécessairement réduit par ceci. »
  • M. New écrit que « si un médecin croit qu’un patient répond aux critères (et un deuxième médecin est d’accord), alors (techniquement) ce patient répond aux critères … Cela ne veut pas dire que les médecins sont toujours 100% corrects … Tant que le médecin détermine de bonne foi l’admissibilité du patient, la loi est satisfaite. »
  • En ce qui concerne la possibilité qu’« un médecin sache qu’un patient ne répond pas aux critères et falsifie la documentation et les rapports et procède de toute façon au processus de suicide assisté », M. New croit que les garanties existantes empêcheraient ce résultat. « Plusieurs professionnels devraient être prêts à risquer leurs licences médicales pour se comporter comme ça, » a-t-il dit.