Archive des webémissions: 18/08/24

Dans cet épisode de l’Euthanasie et l’incapacité, Amy Hasbrouck, Christian Debray, et Taylor Hyatt discutent:

  • La mission des webémissions : accomplie et en cours
  • Un récapitulatif des nouvelles de l’été

Veuillez noter que ceci n’est qu’un script et notre webémission inclut des commentaires additionnels.

LA MISSION DES WEBÉMISSIONS : ACCOMPLIE ET EN COURS

  • Bienvenue dans une nouvelle saison de notre webémission. L’un des objectifs que nous avions lors du lancement de Toujours Vivant-Not Dead Yet en 2013 était de créer une collection d’informations, en anglais et en français, sur l’opposition au suicide assisté, à l’euthanasie, et aux autres pratiques de fin de vie, basé sur les droits des personnes en situation de handicap.
  • Une partie de cet effort a été nos webémissions. Depuis cinq ans, nous diffusons chaque semaine, en anglais et en français, des webémissions sur les enjeux pour les personnes avec déficiences des lois et des politiques permettant l’euthanasie et le suicide assisté. De plus, depuis 2015, nous envoyons le texte à nos abonnés, afin de rester en contact et rendre le texte accessible aux personnes qui ne l’entendent pas.
  • Nous avons surveillé l’adoption des lois sur l’euthanasie au Québec et au Canada, l’euthanasie des personnes non admissibles au Québec, l’absence de surveillance adéquate de la pratique au pays et la poursuite des efforts pour élargir les critères d’admissibilité. Nous avons également essayé d’expliquer, en langage simples et accessibles, des sujets complexes et importants dans le domaine de l’éthique de la fin de vie. En cinq ans, nous avons produit à peu près 350 webémissions de 30 minutes chacun.
  • Nous espérons que les webémissions serviront de ressources utiles pour les défenseurs, les chercheurs et quiconque souhaite obtenir plus d’informations sur le suicide assisté, l’euthanasie et des sujets connexes.

UN RÉCAPITULATIF DES NOUVELLES DE L’ÉTÉ

  • Cette semaine, nous ferons un bref récapitulatif des plus importantes nouvelles liées au suicide assisté et l’euthanasie au cours de l’été.

En juin:

En juillet:

  • TVNDY a soumis des commentaires pour une consultation sur les soins palliatifs organisée par le gouvernement fédéral. Nous avons présenté un document décrivant l’impact des soins palliatifs sur les personnes malades et handicapées, la formation spécialisée nécessaire pour les soignants et les fournisseurs de soins de santé, les problèmes d’accès aux soins palliatifs et les moyens de dispenser ces soins de manière personnalisée.
  • Le 10 juillet, Daniel Pilote (un résident du centre hospitalier de soins de longue durée à St-Jean-sur-Richelieu) et le Conseil pour la protection des malades ont intenté un recours collectif contre le gouvernement du Québec à propos des conditions de vie déplorables et dangereuses dans les CHSLD du Québec. La plainte énumère 22 exemples de conditions de vie que les plaignants jugent inacceptables incluant : de la nourriture de mauvaise qualité, une insuffisance du personnel, une piètre hygiène et un manque de climatisation.
  • Robert Latimer a demandé au ministre de la Justice du Canada un nouveau procès ou un pardon de sa condamnation pour le meurtre de sa fille handicapée Tracy en 1993. Taylor a écrit un blogue sur le sentiment de l’affinité qu’elle éprouve auprès de Tracy et comment c’était de grandir en entendant le nom de Tracy dans les nouvelles. Elle a également été interviewée pour un article dans Maclean’s Magazine (en anglais). En outre, TVNDY rédige une lettre au ministère de la Justice expliquant les raisons pour lesquelles nous croyons que la demande devrait être rejetée.
  • Santé Canada a publié la version finale de son règlement sur la surveillance du suicide assisté et l’euthanasie. Malheureusement, ils n’ont pas pris en compte beaucoup des suggestions ou critiques de TVNDY. Les réglementations réduisent encore les informations complexes aux cases à cocher ou aux menus déroulants lors de la déclaration de suicide assisté et d’euthanasie, qui ne donnent pas une image complète des raisons qui sous-tendent les demandes. Au lieu de données démographiques détaillées, Santé Canada compte sur les codes postaux, de même que les renseignements soumis au gouvernement fédéral par d’autres moyens (comme les déclarations d’impôts et les formulaires de recensement). Encore une fois, cela ne dit pas grand-chose sur les pressions externes et les circonstances de la vie qui rendent le suicide assisté plus attrayant.
    • Le ministre de la Santé souligne que « les enquêtes sur des cas de non-respect des critères d’admissibilité et des garanties procédurales … dépassent la portée du système de surveillance fédéral… » et ce sont la responsabilité des autorités locales. Voilà pour le « régime soigneusement conçu (pour le suicide assisté et l’euthanasie) qui impose des limites strictes scrupuleusement surveillées et appliquées, » comme le demande la Cour suprême.
  • Roger Foley, un homme de London, en Ontario, qui vit dans un hôpital local depuis deux ans après avoir reçu des services de soins à domicile inadéquats et même dangereux, a diffusé des enregistrements audio (en anglais) du personnel proposant le suicide assisté comme solution à ses problèmes.

En août:

  • Un projet de loi qui aurait légalisé l’aide au suicide en Australie a été rejeté au Sénat par deux voix (en anglais), après que deux sénateurs qui l’avaient initialement approuvé ont changé d’avis. Pat Dodson, un sénateur du parti travailliste qui s’opposait au projet de loi, a mentionné que l’introduction du suicide assisté par voie légale ne ferait qu’aggraver les préjugés et les inconvénients systémiques auxquels sont confrontés les Australiens autochtones.
  • Le médecin néerlandais qui a glissé un sédatif dans du café donné à une femme atteinte de démence et a demandé à la famille de la retenir (en anglais) afin que sa procédure d’euthanasie puisse être achevée a été « réprimandé » le mois dernier par le conseil néerlandais. C’est la première fois qu’un pratiquant est réprimandé depuis l’adoption de la loi néerlandaise d’euthanasie en 2002. Selon des informations locales, « le procureur public annoncera après l’été si le médecin fera l’objet de poursuites pénales. »