Test Page 2

Discussion en ligne – 8 mai 2015

MOT DE BIENVENUE

  • Qui sommes-nous? – Christian Debray & Amy Hasbrouck
  • Qu’est-ce que c’est TVNDY
  • M’excuser pour les fautes de français
  • Quelle est notre position sur le suicide assisté et l’euthanasie
  • C’est inutile – tout le monde a déjà l’option de se suicider ou de refuser les soins médicaux et d’avoir la sédation palliative sur demande.
  • C’est discriminatoire – bien que les personnes non handicapées reçoivent des services de prévention du suicide lorsqu’ils expriment un désir de mourir, les personnes en situation de handicap sont encouragées et aidées à se tuer.
  • Le choix de mourir n’est pas libre tant qu’une personne n’a pas de choix comment et où de vivre.
  • Les précautions ne préviennent pas la mort des personnes qui ne le devraient pas.
  • But des discussions en ligne
  • Donner un forum pour discuter ces questions entre nous.
  • Notre place dans le débat
  • Notre approche, expérience et expertise.

SUJETS

  • La vulnérabilité et l’affaire Carter
  • Les nouvelles en bref
  • Annonce

LA VULNÉRABILITÉ ET L’AFFAIRE CARTER

  • Dans nos discussions en ligne, on a déjà parlé de qui aura accès au suicide assisté d’après la Cour Suprême suivant leur décision dans le cas Carter
  • L’aide médicale à mourir sera disponible pour des adultes capables qui ont des « problèmes de santé graves et irrémédiables (y compris une affection, une maladie ou un handicap.) » qui cause des « souffrances persistantes qui lui sont intolérables »
  • On peut pensez à cette provision comme une ouverture qui permet l’entrée de certaines personnes. Jusqu’à présent dans nos discussions en ligne, nous avons discuté des stratégies pour restreindre cette ouverture.
  • Mais dans une présentation il y a deux semaines, Catherine Frazee a expliqué une autre façon d’aborder le problème.
  • Elle nous signale que, dans la décision, la Cour Suprême donne raison à l’objectif de protéger les personnes « vulnérables ».
  • Selon la décision : « …l’objectif de la prohibition [de l’aide au suicide] — protéger les personnes vulnérables contre toute incitation à se donner la mort dans un moment de faiblesse — [est] urgent et réel… »
  • La cour n’a pas défini qui est « vulnérable » dans quels circonstances. Non plus a-t-elle défini les termes « faiblesse » « souffrances » ni « persistant ».
  • C’est au parlement d’expliquer ces termes au sens de la loi. Et c’est à nous de fournir notre expertise en tant que personnes en situation de handicap pour informer le parlement.
  • Mme Frazee a offert quelques idées.
  • Elle dit que la vulnérabilité est une caractéristique universelle. Tout le monde à besoin des fermiers, des producteurs, des camionneurs et des épiceries pour fournir de la nourriture, des infrastructures et les services publics pour vivre de jour en jour.  On n’a qu’à regarder ce qui se passe avec les victimes des désastres naturels pour voir comment on est tous vulnérable aux l’éffondrement de tous ces systèmes auxquels nous dépendons.
  • Mme Frazee suggère qu’il y a des éléments qui donne aux personnes en situation de handicap de la résistance contre les difficultés qui accompagnent nos déficiences.
  • Les relations familiale positives et de l’amitié (surtout avec nos pairs);
  • Le respect, l’estime et la reconnaissance honnête de sa valeur.
  • La sécurité matériel (le logement et le revenue convenable, la nourriture saine et des circonstances de vie adéquats).
  • Les équipements et services et le soutien personnel.
  • Quand ces éléments sont absent ou mis en péril, nous sommes en danger physique et psychique, et susceptible au sentiments suicidaires.
  • Les antipodes de ces éléments nous rendent plus vulnérables aussi :
  • L’isolation et la maltraitance rendent la personne docile et susceptible au contrôle.
  • Des insultes et des faibles attentes endommage l’estime de soi et la confiance en soi.
  • Le manque de sécurité matériel endommage la santé et crée du stresse.
  • Manquer de l’équipement et de services de soutien est la différence entre avoir une déficience et être en situation de handicap.
  • La vulnérabilité est une conséquence de la discrimination, l’exclusion et la privation des droits.
  • La vulnérabilité cause une réponse faible aux traumatismes et aux chocs, comme l’offre de la mort hâté.
  • Qui est vulnérable?
  • Une définition possible : « Une personne dont les caractéristiques individuelles, en combinaison avec les préjugés sociaux et les conditions environnementales, la met à un désavantage physique, social, économique et / ou politique, surtout lorsque ce désavantage est susceptible de conduire à la victimisation ou d’exploitation. »
  • Les personnes qui font face à des changements catastrophiques de circonstances et qui manque de contrôle et des éléments d’aide à la résistance.
  • Les personnes qui ont du mal à réaliser leur autonomie et conserver leur dignité dans une société et une situation hostile.
  • Les personnes dont la douleur est aigu, n’est pas bien contrôlé, ou qui diminuera avec le temps.
  • Ceux dont l’estime de soi est affaibli à cause de l’exclusion sociale, la discrimination et le désavantage.
  • Comment peut-on incorporer ces idées dans un « régime de règlementation complexe ». Catherine Frazee suggère :
  • Une considération individuelle de chaque personne qui pose une demande pour le suicide assisté ;
    • A-t-elle les éléments de résistance – De bons relations familiale et de l’amitié, du respect, de la sécurité matériel, et des services de soutien?
    • Est-elle exposé aux éléments de la vulnérabilité – l’isolation et l’abus, mauvaise estime de soi et manque de confiance en soi, lacune de sécurité matériel et manque de services et de soutien.
    • Fait-elle face aux autres causes de la vulnérabilité, telles que des changements catastrophiques, la difficulté à réaliser son autonomie, ou la souffrance mal-soigné?
  • Ce ne sont pas tout-à-fait des déterminations qui peuvent être fait par un médecin pendant un visite d’une demi-heure.
  • Nous pouvons ajouter ces idées à d’autres qu’on a déjà considéré.
  • Enlever les causes des demandes pour le suicide assisté
    • La perte d’autonomie et contrôle;
    • Plus capable de faire des choses qu’on aime;
    • Sentiment de manquer de dignité;
    • Sentiment d’être un fardeau.
  • Restreindre les critères d’admissibilité
  • Créer une procédure formelle et détaillée
    • Une évaluation psychologique mandaté et détaillée
    • Changer la détermination de la « capacité » pour la réflexion qu’on fait un choix entre la vie et la mort.
    • La demande doit être approuvée par un tribunal
  • Retirer les médecins et d’autres parties intéressées du processus.
  • Si vous avez quelque chose à dire à votre député, n’hésiter pas. Allez au site web du parlement à parl.gc.ca et sélectionner l’onglet « Sénateurs et députés » pour trouver les coordonnées de votre député.
  • Vous pouvez aussi faire une vidéo courte qui explique tes opinions sur le suicide assisté et l’euthanasie. Envoie-la à info@tv-ndy.ca.

NOUVELLES EN BREF

  • Les élections dans le Royaume Uni – Le parti conservateur a gagné une majorité de 330 sièges sur 650 dans le parlement du Royaume Uni hier. Ça veut dire que les coupures du gouvernement Camerone, le fond pour la vie autonome, les services de santé, et le politiques draconien d’évaluation pour la capacité de travail, vont continuer.  Évidemment, c’est un résultat dévastateur pour les britanniques en situation de handicap.
  • Un rapport en Écosse dit que le Projet de Loi qui permettrait le Suicide assisté est mal écrit – Le comité de santé et de sport du parlement écossais a publié son rapport sur le projet de loi sur le suicide assisté hier. Il dit : « Le Comité estime que le projet de loi contient des failles importantes . Ces grands défis actuels quant à savoir si le projet de loi peut progressé . Alors que la majorité de la commission ne supporte pas les principes généraux du projet de loi , étant donné que la question du suicide assisté est une question de conscience , le Comité a choisi de ne faire aucune recommandation formelle au Parlement sur ​​le projet de loi. »
  • Un sud-africain de 65 ans atteinte de cancer à la prostate a gagné le droit à l’aide médical à mourir – Robin Stransham-Ford a dit qu’il avait de la douleur constante et extrême depuis janvier, et qu’il n’a pas pu sortir de son lit. Il a dit qu’il serait « une violation flagrante de son droit fondamental à la dignité de lui refuser de mettre fin à sa vie par l’euthanasie ou le suicide assisté par un médecin. »

Le juge Hans Fabricius lui a permis le droit à l’aide ou à l’euthanasie ou au suicide assisté.  Mais M. Stransham-Ford est mort avant que la décision soit rendu.

ANNONCE

Une présentation sur le suicide assisté aura lieu au centre à Vie Autonome Montréal le 13 mai de 5 à 7.  Si vous voulez y assister, appeler à 514-288-1177

COORDONÉES

  • Comment visionner notre discussion
  • Google+ hangouts on air
  • Youtube – faites une recherche sur « incapacité et euthanasie »
  • Comment participer
  • Envoyez-moi votre adresse courriel, et je t’enverrai un lien pour joindre à la discussion en direct.
  • Pour plus d’info sur les sujets qu’on discute ici
  • com/toujoursvivantnotdeadyet
  • Site web — tvndy.ca
  • Courriel info@tv-ndy.ca
  • Twitter — @tvndy.


Online Discussion – May 8, 2015

WELCOME

  • Welcome to our online discussion for May 8, 2015
  • Christian Debray & Amy Hasbrouck
  • Toujours Vivant-Not Dead Yet is a project of the Council of Canadians with Disabilities to inform, unify and give voice to the disability rights opposition to assisted suicide, euthanasia, and other ending-of-life practices that discriminate against people with disabilities
  • There are many reasons to oppose the legalization of assisted suicide and euthanasia. Here are just a few.
  • It’s Unnecessary – Everyone has the option to commit suicide or to refuse medical care and have palliative sedation on demand
  • It’s Discriminatory – While people without disabilities receive suicide prevention services if they express a wish to die, people with disabilities will be encouraged and assisted to kill themselves.
  • Choice is an illusion – The choice to die cannot be free as long as people with disabilities don’t have the choice in where and how to live.
  • Safeguards don’t work – Where these practices are legal, safeguards do not prevent people from disabilities from being wrongly killed.
  • Goal of online discussions
  • Give disabled people place to talk about these issues from our point of view
  • Recognize the effect of discrimination and our experience with the medical system
  • Establish our place in the debate, aside from conservatives and “progressives”

TODAY’S TOPIC

  • Vulnerability and the Carter case
  • News briefs
  • Announcements

VULNERABILITY AND THE CARTER CASE

  • In our online discussions, we’ve talked about who would receive assisted suicide according to the Supreme Court following their decision in the Carter case.
  • Physician assisted death will be available for competent adults who have “serious and irremediable medical conditions (illness and disability)” which “cause enduring and intolerable suffering.”
  • We can think of this provision as an opening that allows entry to certain people. Thus far, in the online discussions, we’ve discussed strategies to restrict this opening.
  • But in a presentation last week, Catherine Frazee explained another way to approach the problem.
  • She pointed out that, in the Carter decision, the Supreme Court supported the goal of protecting “vulnerable” persons.
  • “…the objective of the prohibition [of assisted suicide] — the protection of vulnerable persons from being induced to commit suicide at a time of weakness — is pressing and substantial”
  • The court did not define who is “vulnerable” nor under what circumstances. Nor did it define the terms “weakness” “suffering” nor “enduring.”
  • It’s up to parliament to explain these terms within the meaning of the law. And it’s up to us to provide our expertise as disabled people to educate parliament.
  • Frazee offered a few ideas.
  • She said that vulnerability is a universal trait. We all need farmers, producers, truckers, and groceries to provide our food, infrastructure and utilities for our everyday lives.  We only have to watch what happens to victims of natural disasters to see how we are all vulnerable to the collapse of these systems we all depend on.
  • Frazee suggested that there are elements that enable people with disabilities to be resilient in the face of the problems that accompany our limitations.
    • Positive family relations and friendships, (especially with our disabled peers);
    • Respect and honest recognition;
    • Material security (adequate housing and income, healthy food and environment);
    • Necessary equipment and support services.
  • When these elements are absent or threatened, we face physical and psychological danger, and we’re more susceptible to suicidal feelings.
    • Isolation and abuse make people docile and easy to control.
    • Insults and low expectations damage self-esteem and self-confidence.
    • The lack of material security endangers health and causes stress.
    • A lack of equipment and support services is the difference between having a disability and being disabled.
  • Vulnerability flows from discrimination, exclusion and disenfranchisement.
  • Vulnerability causes a weakened response to traumatic events and shocks, such as the offer of a hastened death.
  • Who is vulnerable?
    • One possible definition of “vulnerability” might be: A person whose individual characteristics, in combination with social prejudice and environmental conditions, place her at a physical, social, economic, and/or political disadvantage, especially where such disadvantage is likely to lead to victimization or exploitation.”
    • People facing catastrophic changes in circumstances, and who don’t have control in their lives, or the resources to build their resilience.
    • People who have a hard time asserting their autonomy.
    • People who’s pain is acute, not well managed, or will take time to decrease.
    • Those whose self esteem is weakened by social exclusion, discrimination and disadvantaged status.
    • How can we incorporate these ideas into a “complex regulatory response?”
      • Requires an individual consideration of each person who asks for euthanasia or assisted suicide
        • Does the person have the elements of resilience – good family relationships and friendships, respect, material security and support services?
        • Is the person susceptible to the elements of vulnerability – Isolation, abuse, poor self-esteem and assertiveness skills, lack of material security and support services?
        • Is the person dealing with other causes of vulnerability – Catastrophic changes, abuse, problems in asserting autonomy, poorly-managed pain or emotional suffering?
      • These are not exactly things that can be determined following a half-hour doctor visit.
      • We can add these ideas to others we’ve already considered:
        • Remove the causes of requests for assisted suicide:
          • Loss of autonomy and control;
          • Loss of ability to do things one enjoys;
          • Feelings of loss of dignity;
          • Feelings of being a burden.
        • Limit eligibility criteria
        • Create formal and detailed procedure

NEWS BRIEFS

  • Scottish parliament report – The Committee believes the Bill contains significant flaws. These present major challenges as to whether the Bill can be progressed. Whilst the majority of the Committee does not support the general principles of the Bill, given that the issue of assisted suicide is a matter of conscience, the Committee has chosen to make no formal recommendation to the Parliament on the Bill.
  • A 65-year-old S. African man wins right to assisted death –  I have been in constant, extreme pain since January and I am unable to get out of bed.” “a gross violation of his basic human right to dignity to deny him to end his life by euthanasia or assisted suicide by a doctor.

ANNOUNCEMENTS

  • A presentation on assisted suicide will be held at Independent Living Montreal on May 13 from 5-7 p.m. If you would like to attend, please call 514-288-1177

CONTACT INFORMATION

  • How to view our videos – search for “euthanasia, disability” on
  • On google hangouts-on-air
  • On YouTube
  • How to participate – send me your email address, and I’ll send you a link to join us live.
  • For more information on the subjects we discuss
  • com/toujoursvivantnotdeadyet
  • Web site – tvndy.ca
  • Email – info@tv-ndy.ca
  • Twitter – @tvndy.

Thanks for being with us, Please join us again next week.