Sommaire de l’affaire Lamb

Julia Lamb est une jeune femme de Colombie-Britannique atteinte d’une atrophie musculaire spinale. Bien que sa condition soit progressive, ce n’est pas terminal. Mme Lamb est actuellement en mesure de travailler à temps partiel et de vivre de manière indépendante avec les services auxiliaires. Cependant, elle craint qu’un déclin soudain de son état – en particulier celle qui porte atteinte à sa capacité à respirer de façon autonome et utiliser ses mains – la laissera « piégé » dans son corps pendant des années.

Le 27 Juin, 2016, Mme Lamb et la British Columbia Civil Liberties Association a déposé une poursuite contre le gouvernement canadien. Ils remettent en question la constitutionnalité de l’exigence dans la loi du suicide assisté que la mort du candidat doit être « raisonnablement prévisible ».

En l’été 2017, Robyn Moro a rejoint l’affaire en tant que deuxième demandeuse. Mme Moro vit avec une douleur débilitante causé par la maladie de Parkinson. Bien que la Cour suprême de la Colombie-Britannique entendra l’affaire au moment donné, une date n’a pas été fixée.

Les défenseurs des personnes en situation de handicap craignent que l’élargissement de l’accès au suicide assisté entraînera la dévalorisation de la vie des personnes ayant des incapacités. Ils croient que Mme Lamb peut mener une vie épanouissante avec des limitations accrues si elle reçoit un soutien adéquat.